Mon compte Devenir membre Newsletters

Le Medef propose 5 axes de travail pour accélérer la digitalisation des TPE, PME et ETI

Publié le par

Le Medef a évoqué jeudi 9 mars 2017 une stratégie en 5 axes pour "faire de la France un leader mondial de la Smart Economy". Les PME sont au coeur de ce dispositif, pour assurer leur transformation en ETI et assurer la compétitivité du territoire.

Le Medef propose 5 axes de travail pour accélérer la digitalisation des TPE, PME et ETI

Cinq objectifs à remplir d'ici 2025 en cinq axes pour "accélérer la transformation numérique de l'économie française". C'est l'objet de la conférence de presse donnée par le Medef jeudi 9 mars 2017. Dans le livret exposant le projet et dans le discours de présentation de Pierre Gattaz, se dégagent de nombreux chantiers déjà en cours en France, notamment à propos de l'industrie du futur, de la robotique, de l'automatisation, des capteurs ou encore du déploiement de technologies intégrant l'intelligence artificielle...

Même refrain pour la vague de l'Internet des Objets, la blockchain et l'avènement des plate-formes numériques. Des sujets qui seront discutés plus en détail à l'occasion de l'Université du numérique, du 15 au 16 mars. Ce programme vise avant tout les "oubliés du numérique", selon le Medef, c'est-à-dire les PME pour qui la transformation est incontournable mais pas encore effective à grande échelle.

Les objectifs ont été définis par des groupes de travail mis en place au sein de la commission "Transformation numérique" de l'organisation patronale avec la collaboration de la mission Digital Disruption Lab conduite par l'ambassadeur du Medef pour le numérique, Olivier Midère.

Axe 1 : filière technologique

L'objectif consiste, dans un premier temps, à faire de la France "la Silicon Valley de l'Europe autour des technologies et des plateformes de la filière IoT". Pour Geoffrey Roux de Bézieux (vice-président du Medef), il faut notamment trouver un moyen de conserver les licornes en France en créant des fonds pour les retenir "avant qu'elles ne passent sous pavillon américain ou chinois".

Parmi les propositions, le Medef envisage un partenariat entre représentants publics et privés pour appuyer la filière technologique IoT (Internet des Objets) en France, avec un plan d'action sur le premier semestre 2018. Le but :"renforcer, consolider et structurer en filière les différentes familles d'acteurs"

Axe 2 : écosystème industriel

L'objectif de ce deuxième axe : "créer un écosystème attractif et compétitif en France autour du prototypage, de la pré-industrialisation, de la fabrication, de l'intégration et de la commercialisation de solutions IoT".

Pour faciliter la relation entre les différents acteurs de l'Internet des Objets à chaque phase de développement, le Medef souhaite la mise en place d'un plan d'action sur le premier semestre 2018 associé à une cartographie de l'écosystème. De quoi lui donner une visibilité en France et à l'étranger.

Le Medef souhaite instaurer un "Plan Marshall" de la formation continue pour les demandeurs d'emplois, les ouvriers, les techniciens, les prestataires de services et les cadres des TPE, PME et ETI traditionnelles françaises autour des questions du numérique et de l'Internet des Objets.

Axe 3 : entreprises

Le Medef a annoncé la mise en oeuvre de plusieurs actions dans le cadre du Programme Métamorphose avec, notamment, le lancement de formations destinées aux TPE et PME sur la plate-forme Mon Campus Numérique. Des moocs sont ouverts aux adhérents, tout comme un programme d'incubation et d'accélération international. L'organisation patronale réfléchit également à la création d'un fonds d'investissement pour soutenir la transformation des TPE et PME en ETI avec des montants de l'ordre de 50 000 euros en entrée à 2 millions d'euros au moment du lancement industriel et commercial.

Le Medef espère accompagner 100 000 TPE, PME et ETI dans leur transformation vers la "smart economy". Le syndicat va lancer une série de livres blancs et guides pratiques papiers et électroniques autour de l'IoT et de la "smart economy", proposera à ses adhérents des matinales PME sur le sujet et mettra en ligne un outil d'autodiagnostic gratuit pour permettre aux dirigeants de TPE et PME de savoir où ils en sont de leur transformation. Un Mooc intitulé "Métamorphose" sera mis en ligne à ce propos. En association avec le CNAM, le Medef va proposer des formations en présentiel à Paris et en région autour de la transformation digitale des entreprises.

Axe 4 : attractivité

L'objectif est de rendre la France "business friendly" pour attirer les investisseurs et favoriser la croissance des start-up et PME en ETI, puis en grandes entreprises. Parmi les principales actions, le Medef entend accompagner les 100 start-up technologiques au potentiel le plus fort pour les aider à devenir des licornes. La proposition pour aller dans ce sens : la mise en place d'un fonds européen de 5 à 10 milliards d'euros "à même d'investir dans les tours de tables de séries B et C en Europe".

Le Medef veut restaurer la confiance entre les administrations et les entreprises en instaurant un "contrôle-conseil" plutôt qu'un "contrôle-sanction" (une idée défendue notamment par Emmanuel Macron dans son programme de campagne). En matière de fiscalité, le Medef veut instaurer un cadre fiscal "simple, compétitif, stable et incitatif". Soit pour les start-up, TPE et PME, "réduire drastiquement le système fiscal tout en réduisant de façon significative les impôts et les taxes, et notamment la fiscalité de production".

Il souhaite également "sanctuariser le Crédit impôt recherche auprès des investisseurs, entrepreneurs et talents internationaux", jugé source d'attractivité "compétitif et différenciant".

Axe 5 : communication

Pierre Gattaz a rappelé le discours pro-français récent de John Chambers, président de Cisco : "On veut qu'il y ait des centaines de John Chambers qui disent que la France est "the next big thing". Soit doper l'image de la France à l'étranger pour éviter les écueils tels que le déclin des investissements chinois. "Je veux que l'on cesse d'entendre parler des 35/75, 35 pour les 35 heures et 75 pour les 75 % de taxation des plus hauts revenus", a t-il ponctué.

Le Medef propose la création d'un site Internet, d'une brochure print et la création d'une exposition ou d'un salon itinérant à l'international sous la bannière "Smart Economy for business", rassemblant les entreprises françaises évoluant dans l'ensemble de la chaîne de valeur (technologies, produits et services connectés) sur les différents marchés du futur (smart city, smart health, smart food) et créer un logo pour communiquer à l'international.

Interrogé par un journaliste au sujet du bilan de la French Tech, Pierre Gattaz s'est montré très satisfait de l'initiative. Toutefois, les dispositions prises dans le livret "Accélérer la transformation numérique de l'économie française" présenté ressemblent à s'y méprendre à une volonté de réorganiser le tout, au niveau national. Comme pour confirmer l'idée, le président du Medef a ajouté : "Il faudrait pouvoir suivre qui est dans la French Tech et qui ne l'est pas. Et fédérer un plus grand nombre d'entreprises technologiques et notamment les PME".

L'initiative, plutôt que d'être une refonte, pourrait être une idée pour fédérer l'ensemble de l'écosystème. Réponse en mai pour savoir la suite qui sera donnée à ce programme numérique en parallèle de celui qui sera présenté par le vainqueur des sondages. D'ici là, certains candidats seront invités à s'exprimer dans le cadre de l'Université du numérique.

Pour lire l'ensemble des propositions pour la transformation numérique formulées par le Medef : Livret "Accélérer la transformation numérique de l'économie française".