En ce moment En ce moment

Présidentielle 2017: le programme complet de Nathalie Arthaud pour les TPE-PME

Publié par le - mis à jour à
Présidentielle 2017: le programme complet de Nathalie Arthaud pour les TPE-PME

Dans le cadre de l'élection présidentielle, Chef d'Entreprise vous présente les programmes économiques de tous les candidats. Si elle est élue, Nathalie Arthaud veut notamment interdire les licenciements et imposer la transparence des comptes des entreprises.

  • Imprimer

Candidate de Lutte ouvrière déjà en lice en 2012, Nathalie Arthaud a obtenu mi-mars ses 500 parrainages. Elle plaide une nouvelle fois pour le partage du travail et une revalorisation des salaires.

La première mesure phare du programme de Nathalie Arthaud est l'interdiction des licenciements et des suppressions d'emplois, à commencer dans les entreprises qui réalisent des bénéfices. "Le trust pharmaceutique Sanofi vient de distribuer 6,6 milliards d'euros à ses actionnaires, après avoir supprimé 4 000 emplois en sept ans, et il annonce la suppression de 650 emplois de plus Il faut retirer leur pouvoir de nuisance à ces grands groupes, en les contraignant à ne supprimer aucun emploi, sous peine de réquisition s'ils ne s'y plient pas", explique la candidate dans son programme.

Une revalorisation des salaires

L'enseignante en économie et gestion de 47 ans propose d'augmenter les salaires et les pensions de 300 euros et fixer le Smic à 1 800 euros net mensuels. Des mesures que l'on peut financer, selon la candidate de Lutte ouvrière par la taxation des profits des grandes entreprises. "Avec les 56 milliards de dividendes versés par les 40 plus grosses entreprises en 2016 à leurs actionnaires, il aurait été possible de créer 1,5 million d'emplois payés 1 800 euros net par mois, cotisations sociales comprises ", détaille-t-elle dans son programme.

Une transparence des comptes

Troisième mesure : l'instauration de contrôles sur les comptabilités et les décisions des entreprises. Pour Nathalie Arthaud, il n'est pas normal que les patrons qui "prétendent ne pas avoir les moyens d'embaucher ou d'augmenter les salaires, imposent aux travailleurs des plans de compétitivité avec blocage des salaires (...) et ne se gênent pas pour s'accorder des salaires extravagant". Cette mesure de transparence des comptes va également, selon la candidate, permettre de vérifier quelles sont les entreprises indépendantes, et celles qui appartiennent "à une filiale plus grosse". "Si une PME a une trésorerie si maigre qu'elle ne peut augmenter les salaires, il faut imposer que sa maison mère, son donneur d'ordres ou sa banque soient mis à contribution à sa place", prétend Nathalie Arthaud.

Mallory Lalanne

Mallory Lalanne

Chef de service

Après avoir enregistré différentes expériences en presse généraliste, télévision et radio, j’ai décidé de rejoindre en 2010 l’univers de la presse professionnelle. [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet