En ce moment En ce moment

RSI : les patrons de TPE craignent une hausse des cotisations

Publié par le - mis à jour à
RSI : les patrons de TPE craignent une hausse des cotisations

La fusion au 1er janvier 2018 du RSI avec le régime général suscite des inquiétudes de la part des dirigeants de TPE, d'après un baromètre Ifop Fiducial. Pourtant, cette réforme est, pour eux, l'occasion de souhaiter une amélioration du service de protection sociale.

  • Imprimer

Le RSI n'en a pas fini de faire parler. Alors que son adossement au régime général débutera au 1er janvier 2018, la nouvelle mouture du dispositif de protection sociale des travailleurs indépendants suscite l'appréhension des dirigeants de TPE.

D'après le "Baromètre des TPE" Ifop pour Fiducial publié vendredi 22 décembre, les patrons de très petites entreprises disent craindre à 73 % une possible augmentation des cotisations versées par les indépendants. Une inquiétude qui ne les empêche pas d'estimer que la fusion permettra de tendre vers une amélioration de la protection sociale (69 %). Le système de collecte, pensent-ils à 66 %, sera également mieux optimisé.

En attendant la mise en place totale de la réforme du RSI - une période de transition de deux ans est prévue -, les dirigeants ne désespèrent pas de voir proposé la possibilité de demander un délai de paiement par anticipation, pour deux tiers d'entre eux. Dans la même proportion (64%), ils souhaitent l'instauration d'un système d'ajustement des acomptes de cotisation mensuellement ou par trimestre. Néanmoins, trois patrons sur cinq espèrent la mise en place d'une gouvernance propre aux travailleurs indépendants.

Des réformes qui vont dans le bon sens

Toujours est-il que les nombreuses réformes engagées depuis l'élection d'Emmanuel Macron en mai 2017 vont dans le bon sens. Pour 68 % d'entre eux, elles sont conformes à ces promesses de campagne.

Au sein du projet de réforme de l'apprentissage, de la formation professionnelle et de l'assurance chômage, c'est l'apprentissage qui est désigné comme sujet prioritaire. Les patrons de TPE veulent par exemple à plus de 90 % que l'alternance soit généralisée dans le secondaire et que le rôle des branches et des entreprises soit renforcé dans l'établissement des enseignements. Ils proposent également la création d'une aide unique en fonction de la taille des entreprises et du niveau de l'apprenti.

Pour lutter contre le chômage, les dirigeants de TPE à 85 % estiment, d'autre part, que les investissements en formation doivent en premier lieu s'adresser aux personnes les plus éloignées de l'emploi. La même proportion aimerait que les organismes de formation professionnelle soient labellisés.

Enfin, si 88 % des chefs d'entreprise se disent favorables à un renforcement du contrôle des chômeurs, 84 % se prononcent pour l'extension de l'assurance-chômage aux indépendants.

Méthodologie : Le baromètre trimestriel des TPE réalisé par l'Ifop pour Fiducial agrège les réponses d'un échantillon de 1 001 dirigeants de TPE (0 à 9 salariés) interrogé entre le 6 et le 22 novembre 2017. Le panel est constitué sur des critères reposant sur le secteur d'activité, la taille et la région d'implantation des entreprises.
Pierre Lelièvre

Pierre Lelièvre

Journaliste

Depuis juin 2016, je suis journaliste pour Chef d’Entreprise, Commerce magazine, Artisans mag’. Intéressé par le monde de l’entreprise, j’écris sur tous [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Actualités

Par Amélie Moynot

La PME de croissance Kerlink, fournisseur de services pour l'IoT, a reçu, mardi 11 juillet 2018, le prix de la PME des trophées Futur40, qui [...]