Mon compte Devenir membre Newsletters

Réseaux : inspirez-vous d'Euratechnologies pour gérer vos projets

Publié le par

Avec ses 140 entreprises hébergées, Euratechnologies stimule les échanges et les rencontres entre les acteurs du numériques de sa région, et d'ailleurs. Son credo : accompagner, sensibiliser et unir les forces pour créer de la valeur en laissant la place aux synergies et à l'imprévu.

Réseaux : inspirez-vous d'Euratechnologies pour gérer vos projets

Se donner le temps de réussir

Euratechnologies combine un programme d'incubation de 18 mois, d'accélération de 5 ans et un hôtel d'entreprise. Les start-up sélectionnées peuvent ainsi bénéficier d'un accompagnement d'au moins 7 ans, une durée suffisamment longue pour réajuster leur stratégie et gérer leurs échecs, comme leurs succès.

"L'idée est de donner du temps aux entrepreneurs pour faire d'abord, mais aussi se tromper, limiter les dégâts et surtout recommencer vite, sur des meilleures bases", déclare Raouti Chehih, directeur général de la structure. Grâce à un accompagnement régulier, réalisé par les experts d'Euratechnologies, les dirigeants disposent ainsi du temps et des moyens pour repenser leurs produits, leur cible ou leur positionnement en fonction des difficultés qu'ils rencontrent.

Une méthode applicable à l'échelle de la gestion de projet que vous pouvez, vous aussi, adopter en donnant à vos équipes suffisamment de marges pour prendre le recul nécessaire et changer de direction en cours de route, si besoin.

Intégrer l'international dès le début

"Il faut donner aux projets de l'entreprise une dimension globale dès ses premiers pas", avance Raouti Chehih. Pour cela, Euratechnologies accompagne les startups et entreprises hébergées -PME, ETI, et grands groupes - à l'international avec ses programmes d'accompagnement.

Via des séminaires et des voyages exploratoires des écosystèmes étrangers, mais aussi avec du mentoring, des offres de formations, comme le "Stanford-Lille Innovation and Entrepreneurship Program" avec l'université californienne, ou des partenariats avec d'autres incubateurs, partout sur le globe.

"Pour chaque nouveau produit, la question à se poser est : 'est-ce que le problème que je règle est global'", poursuit-il. Si non, renouvelez le processus afin de trouver une offre qui trouve son marché à l'intérieur de nos frontières mais aussi à l'extérieur.

S'entourer de ses pairs

Même si les effets sont difficilement mesurables, créer des synergies entre vos collaborateurs et leur écosystème présente des bénéfices à long terme. Euratechnologies a ainsi lancé, fin septembre, un Club des développeurs afin de créer de l'émulation et de la solidarité entre tous ceux qui utilisent le même langage informatique, que leur entreprise d'origine soit incubée, accélérée, hébergée, ou extérieure.

Une pratique à reproduire, au sein même de votre société afin de profiter de ses effets et d'ouvrir le champ des possibles de vos salariés. "Vous devez organiser des lieux de rencontres, en encadrant le thème abordé, mais pas le contenu, souligne Raouti Chehih. Vous créez les opportunités, ensuite, c'est l'humain qui prend le dessus. Il y a une vraie valeur vertueuse dans ce fonctionnement."

En prenant garde toutefois à ouvrir les silos et à organiser la porosité entre vos services, vos filiales, voire avec d'autres entreprises.

Repères:
Ouvert en 2009, le parc Euratechnologies regroupe des entreprises oeuvrant dans le secteur des TIC. Installé dans les anciennes filatures de textile Leblan-Lafon datant de 1900, il met à leur disposition des bureaux, des salles de conférences et de réunions ou de téléprésence, un studio numérique ainsi que des lieux de rencontres ou d'organisation d'événement comme son auditorium ou son atrium. Il accueille, en plus des entreprises, des organismes de recherche comme l'Inria.
Euratechnologies compte aujourd'hui une quarantaine d'entreprises incubées et 140 sociétés hébergées. La structure entend atteindre, d'ici 2020, le nombre de 100 pour les premières, et 500 pour les secondes, cumulant ainsi 6 000 employés. Pour cela, le site devrait doubler de surface et passer de 55 000 m² aujourd'hui à 100 000. Cette ambition s'inscrit dans le coeur du projet depuis ses débuts : retrouver, grâce au numérique, un bassin d'emploi tel qu'il était à l'époque de la réussite industrielle de la région.