Mon compte Devenir membre Newsletters

Michel-Édouard Leclerc: "Je fédère des entrepreneurs ayant des projets de société"

Publié le par

Sous son impulsion, les centres Leclerc n'ont cessé de diversifier leur offre. Et s'essaient, avec les drives, à des usages inédits de consommation. Un esprit d'entreprendre et d'innovation que Michel-Édouard Leclerc impulse à tous les niveaux de son gigantesque groupe.

Chef d'Entreprise: Si vous êtes à la tête d'un groupe de 110 000 salariés pour un chiffre d'affaires de 46?milliards d'euros, vous insistez surtout sur votre organisation en mode start-up et sur votre tissu de chefs d'entreprise indépendants. Comment parvenir à se développer en conservant l'esprit d'entreprendre et d'innover?

Michel-Édouard Leclerc: Notre dynamique tient pour beaucoup à notre organisation atypique : nous sommes une association de chefs d'entreprise autonomes fédérés autour de coopératives régionales et d'un groupement national. Ces dirigeants sont les propriétaires eux-mêmes. Pas de conflit entre le management et l'actionnariat et les décisions sont prises selon la règle : un homme, une voix. Chacun se bat donc pour sa propre société, tout en ayant conscience que c'est l'union qui fait la force. Chacun?a, dans son ADN, cette flamme d'entreprendre. À mon niveau, il ne s'agit pas de se substituer à eux, à leur initiative, mais de fédérer les projets, éventuellement les ego, d'inspirer et de défendre la marque.

Comment placer le curseur entre le bon degré d'indépendance et la nécessaire cohésion de groupe?
Je n'ai pas à leur laisser ou non de l'indépendance. Ils sont chez eux. Et ont le pouvoir! Certes, j'ai une influence liée à mon histoire, à ma propre compétence et à la popularité de mes idées, mais au final, ils sont complets décideurs. C'est bien différent d'un système de franchise où il faut souscrire au cahier des charges des franchiseurs pour bénéficier de la marque. Chez E.Leclerc, le coopérateur est copropriétaire de la marque.

"Chacun peut s'exprimer dans le mouvement"

N'avez-vous jamais eu à gérer des conflits avec certains des dirigeants des centres Leclerc?
Si, bien sûr. Il y a eu par exemple une scission entre les E.Leclerc et les futurs Intermarché. Mais concrètement, depuis dix ans, aucun adhérent n'a quitté le mouvement en conflit ou en opposition. D'abord parce que chacun peut s'exprimer dans le mouvement. Dans notre grande maison, il y a des forts en gueule, et nos assemblées peuvent être plus que vivantes. Nous nous voyons beaucoup et ça discute fort. Mais les adhérents sont pragmatiques. Quels que soient leurs talents respectifs, ils savent ce qu'ils doivent à?la force de la collectivité. Le succès d'un centre E.Leclerc passe par l'attractivité de l'enseigne tant en termes d'offre que de positionnement prix.