Mon compte Devenir membre Newsletters

La revue de presse éco de la semaine (18-22 juillet)

Publié le par

Vous n'avez pas eu le temps de suivre l'actualité cette semaine ? Pas de panique. Nous vous proposons un petit tour de l'actualité économique du lundi 18 au vendredi 22 juillet 2016.

La revue de presse éco de la semaine (18-22 juillet)

Loi Travail : adoption définitive après un troisième recours au 49.3

C'est fait. Discutée (et aussi décriée) depuis février, la loi Travail a été considérée comme définitivement adoptée jeudi 21 juillet 2016, après un troisième recours au 49.3. Les entreprises et les organisations patronales adhèrent sur certains points (comme la sécurisation des licenciements économiques avec la prise en compte de la taille de l'entreprise pour évaluer ses difficultés) et sont en désaccord plus ou moins vif avec beaucoup d'autres, tels que la suppression du plafond de licenciements des indemnités prud'homales ou encore la création du compte personnel d'activité, incluant le très contesté compte pénibilité. A lire sur Le Monde.

Fiscalité : 233 impôts et cotisations sont payés par les entreprises

TVA, impôt sur les sociétés, cotisations, CSG, CVAE, CFE, droits de mutation, versement transport, taxe sur les salaires... la Cour des comptes a dénombré pas moins de 233 impôts payés par les entreprises.

Concrètement, chaque mois, une société au régime réel normal doit effectuer trois déclarations distinctes et cinq versements. Au-delà des montants, toujours selon la Cour des comptes, toutes ces démarches administratives pénalisent avant tout les PME et ralentissent la croissance des ETI.

Le comble ? La collecte de certains impôts (près de la moitié) coûtent cher à l'État : 96 prélèvements de moins de 100 millions d'euros ne génèrent que 2,5 milliards de rentrées fiscales. A lire sur Les Échos.

Pourquoi Bertin Nahum, fondateur de Medtech, a revendu son entreprise à l'Américain Zimmer ?

Bertin Nahum, président et fondateur de Medtech, société spécialisée dans la robotique chirurgicale, a revendu son entreprise à Zimmer (17 000 salariés à travers 25 pays). Cette cession permettra aux actionnaires de réaliser une plus-value de 60%. Mais pour le dirigeant, sa décision a avant tout été prise dans l'intérêt de sa société.

"Ça fait 14 ans que je me bats, pour créer de l'emploi. J'ai été relativement seul. [...] J'ai un nombre limité d'investisseurs qui se sont intéressés à Medtech, et qui ont mis des sommes modestes. Quand je vois les challenges qui se présentent à nous, ils ne peuvent être surmontés qu'avec plus de capital", a-t-il indiqué dans Les Échos. Pour lire l'intégralité de l'article, c'est ici.

Le climat des affaires s'améliore

Dans son enquête mensuelle de conjoncture, l'Insee annonce que le climat des affaires dans le commerce de détail s'est amélioré en juillet 2016. Le secteur de la réparation automobile profite également de cette amélioration. Mesuré à partir des réponses de chefs d'entreprises des principaux secteurs d'activité, l'indicateur s'établit à 105 points, soit 3 points de plus que le mois précédent.

Les perspectives concernant les prévisions de ventes, les intentions de commandes et l'activité générale sont en légère hausse, au dessus de son niveau moyen, selon l'Institut national. En revanche, davantage de commerçants jugent la situation de leur trésorerie difficile par rapport au mois de mai.

Pour en savoir plus : Panorama économique des TPE et PME françaises en 2016

Une entreprise sur deux est insatisfaite par le RSI

Un sondage OpinionWay pour la Cour des comptes révèle que près d'une entreprise sur deux n'est pas satisfaite par les services proposés par le Régime social des indépendants (RSI). Malgré la mise en place d'un interlocuteur unique avec l'Urssaf, le RSI ne parvient pas à redorer son blason auprès des entrepreneurs. Un tiers d'entre-eux, seulement, estime que les services se sont améliorés depuis trois ans. A lire sur Les Échos.

Emploi : Louis Gallois président d'un dispositif de lutte contre le chômage

Imaginé par ATD Quart Monde, accepté par le Parlement en février, le dispositif "Territoires zéro chômage" vise à financer des emplois en CDI pour les chômeurs longue durée, plutôt que de verser à ces derniers des prestations sociales.

Pour cela, il s'appuie, notamment, sur un fonds abondé par l'Etat et les collectivités territoriales. Fonds dont Louis Gallois, ex-patron de la SNCF, d'EADS et d'Airbus, a été nommé président lundi 18 juillet 2016. A ce titre, sa mission sera de veiller à l'efficacité d'une expérimentation du dispositif qui doit démarrer à la rentrée dans des territoires choisis. A lire sur La Croix.

[Portait] Le mélomane qui se cache derrière Denis Gancel, président et cofondateur de l'agence W&Cie

Issu d'une famille de sept enfants, Denis Gancel, cofondateur de l'agence W&Cie, apprend le piano dès son plus jeune âge. Un instrument sur lequel il va se perfectionner. Avant de faire HEC, il intègre même une classe professionnelle de piano à l'École normale de musique de Paris.

"L'entreprise est un mélange de rigueur et de créativité. Le jazz, c'est ça. Ceux qui ne connaissent rien à la créativité pensent que le jazz, c'est de l'improvisation, et donc faire n'importe quoi. C'est totalement inexact : on ne crée que sous contrainte. Le peintre a un cadre. Le musicien de jazz a des grilles. Le chef d'entreprise aussi.", explique-t-il. La suite du portrait, c'est sur Les Échos.

Les 35 heures auraient permis de créer 350 000 emplois

C'est un rapport qui a fait polémique cette semaine. Selon un document produit par l'IGAS (Inspection générale des affaires sociales) qui aurait été censuré par le patron de l'organisation comme le révèlent Mediapart et Le Monde, les 35 heures auraient permis la création de 350 000 emplois.

Le rapport conteste aussi le fait qu'elles auraient eu un impact négatif sur la compétitivité de la France. Autre enseignement, les expérimentations en matière de temps partiel auraient permis de créer "au plus" 150 000 emplois entre 1993 et 2002. A lire sur L'Expansion (en version payante sur Le Monde et Mediapart).

Elon Musk dévoile ses ambitions pour Tesla

Alors que Tesla est actuellement visé par une enquête suite à la mort, aux Etats-Unis, d'un conducteur de voiture autonome, Elon Musk, son fondateur, a expliqué sur son site ses ambitions de développement pour les années à venir.

Au programme : développement d'un toit à énergie solaire à batterie intégrée, lancement d'un camion de transport de fret et d'un véhicule de transport des passagers ou encore création d'une flotte de véhicules autonomes partagés pour favoriser le transport collaboratif. A lire (en anglais) sur le site de Tesla.


Mot clés :

La rédaction