Mon compte Devenir membre Newsletters

La revue de presse éco de la semaine (10 au 13 juillet)

Publié le par

Vous n'avez pas eu le temps de suivre l'actualité cette semaine ? Pas de panique. Nous vous proposons un petit tour de l'actualité économique du 10 au 13 juillet 2017. Au programme : start-up, formation, banque, prélèvement à la source...

La revue de presse éco de la semaine (10 au 13 juillet)

Start-up : Partech Ventures augmente sa puissance de financement

Un fonds de 400 millions d'euros. C'est ce que vient de boucler la société de capital-risque Partech Ventures pour "propulser de futurs champions du numérique", explique La Tribune. L' "éleveur de champions de la French Tech", comme le qualifie le site économique -le fonds est notamment actionnaire de Sigfox, Lendix ou SeaBubbles- augmente ainsi significativement sa capacité de financement, avec l'appui de L'Oréal, Renault, Unibail, Maif ou encore JCDecaux, ayant souscrit au fond.

Parmi les start-up en ayant d'ores et déjà bénéficié, figure notamment la start-up française AB Tasty, spécialisée dans l'optimisation du parcours client. Le fonds regarde désormais, notamment, vers les secteurs de l'intelligence artificielle, l'Internet des objets ou encore la data.

Au total, un tiers de la somme sera consacré à des entreprises tricolores."Partech se cache derrière de nombreuses success-stories françaises : elle a joué un rôle clé dans la vente de Compte Nickel à BNP Paribas, de Teads (le Criteo de la pub vidéo) à Altice, de Lafourchette à TripAdvisor", rappelle La Tribune. Le reste bénéficiera à des sociétés californiennes, et européennes hors France.

États-Unis : pas de visa pour les entrepreneurs

Les entrepreneurs étrangers ne semblent plus tout à fait les bienvenus aux États-Unis. C'est en tout cas le sentiment qu'a donné l'administration Trump en annonçant, en début de semaine, sa volonté d'abroger un régime de visa spécifique dédié aux entrepreneurs, voté à la toute fin de la présidence Obama.

Cet "International Entrepreneur Rule aurait pu permettre à des entrepreneurs étrangers qui avaient lancé des entreprises subventionnées à hauteur de 100.000 dollars par le gouvernement américain ou bénéficiant de 250.000 dollars d'investissements de rester aux Etats-Unis pendant deux ans, et jusqu'à quatre ans au maximum", détaille Les Échos.

Alors qu'il était prévu pour le 17 juillet prochain, ce régime - soutenu par la Silicon Valley - a été reporté en mars 2018, et sera en toute vraisemblance abrogé d'ici là selon Bloomberg, cité par le site économique. Pas de quoi rassurer les entrepreneurs ni les investisseurs, à qui cette nouvelle envoie un "mauvais signal" pour la suite.

Télécoms: vers un élargissement des offres pour les TPE et les PME?

Les patrons de TPE et de PME ne changent pas facilement d'abonnement et d'opérateur téléphoniques. La raison? Le secteur des télécoms est largement occupé par Orange -qui possède pas moins de 70% de ce marché-. Et cela ne convient pas à l'Arcep, le gendarme des télécoms, qui a publié mardi 11 juillet 2017 les conclusions de son analyse de marché de la fibre.

"Tous les chefs d'entreprise veulent la meilleure connectivité au meilleur prix. Mais nous craignons que ce ne soit pas un argument suffisant. Ce qui peut les faire bouger, c'est, une fois encore, l'adoption de nouveaux services numériques et outils digitaux", a déclaré Sébastien Soriano, le président de l'Arcep, dans une interview accordée à La Tribune.

Avec cette régulation, l'Arcep souhaite accélérer l'accès des TPE et des PME à l'Internet à très haut débit et "créer les conditions pour que des offres de fibre de qualité soient disponibles autour de 100 euros par mois", soit un prix divisé par 5. Pour l'Autorité de régulation, la fibre doit également -et surtout- constituer "un moyen pour les petites et moyennes entreprises françaises de se convertir au cloud et autres nouveaux services digitaux".

Baisse record des défaillances d'entreprise

Le nombre d'entreprises placées en redressement ou liquidation judiciaire a baissé de 7,8% entre le deuxième trimestre 2017 et la même période de 2016. C'est ce que révèle une étude du cabinet Altarès, relayée par L'Express. "Il s'agit du niveau le plus bas enregistré depuis vingt ans", se réjouit l'hebdomadaire. Cela représente un peu moins de 13 000 entreprises sur la période considérée, contre près de 16 000 au premier trimestre 2017.

Au rang des bonnes nouvelles, l'étude révèle également que les petites entreprises ne sont pas exclues de la tendance (- 10 % de baisse enregistrée pour les TPE de 3 à 10 salariés). "Si, en 2016 et début 2017, la reprise semblait encore chaotique, voire illusoire pour les plus petites entreprises, le printemps peut sonner enfin pour elles aussi le retour des commandes plus régulières, confie à L'Express un expert d'Altarès. Ce regain d'activité se traduit par une trésorerie moins élastique".

Formation professionnelle : 15 milliards d'euros supplémentaires

Annoncée lors de la campagne présidentielle, confirmée par Édouard Philippe lors du discours de politique générale début juillet, une nouvelle réforme de la formation professionnelle, de l'assurance chômage et de l'apprentissage verra le jour en 2018, vraisemblablement au printemps. Il s'agira de la troisième en seulement cinq ans, après le compte personnel de formation en 2015 et le compte personnel d'activité en début d'année.

Alors que les négociations avec les organisations syndicales et patronales se dérouleront en octobre 2017, le gouvernement promet, d'après Le Monde, 15 milliards d'euros supplémentaires pour la formation dans le cadre des 50 milliards d'euros du grand plan d'investissement. L'objectif est de former "un million de jeunes, un million de demandeurs d'emploi sur cinq ans", selon Muriel Pénicaud, la ministre du Travail.

La banque se fait ubériser par les start-up

Ouvrir un compte en un rien de temps, depuis une application mobile pour un minimum de frais et un maximum de services ? C'est ce que proposent de plus en plus de start-up du secteur bancaire à l'instar de Compte-Nickel, N26, Anytime, Atombank, comme les recense dans un dossier Le Parisien. Chez N26, on se targue d'avoir obtenu 3000 ouvertures de comptes bancaires par an. C'est 10 000 pour Anytime et 650 000 en trois ans pour Compte-Nickel. La recette tient en peu de choses. Pour réduire leurs coûts, ces fintech évitent d'en passer par le format "agence" traditionnel. Tout est dématérialisé et l'entretien de ces services numériques ne nécessite que peu d'emplois.

Le modèle économique est basique et efficace puisque ces start-up se rémunèrent en grande partie sur la commission interchange : plus le consommateur paye avec sa carte, plus la start-up touche une part de la commission payée à MasterCard ou Visa par le commerçant et rétrocédée à l'entreprise en bout de chaînon.

Premier test réussi pour Hyperloop One

Le projet de train subsonique pensé par le milliardaire américain Elon Musk (PayPal, SpaceX, Tesla) dont se sont emparées notamment les start-up Hyperloop One et Hyperloop TT est en phase d'essai dans le désert du Nevada. Ce mardi, pendant 5,3 secondes exactement, le véhicule de test lancé par Hyperloop One est parvenu à se hisser au-dessus des rails et à atteindre une vitesse de 112km/h sur une piste de 500 mètres de haut, révèle le journal Les Échos.

Un jour, peut-être, ce transport du "futur" qui a intéressé la SNCF au point qu'elle investisse dans le projet, pourra envoyer des passagers dans des capsules propulsées dans une sorte de couloir en tube à basse pression. Prochaine étape pour la start-up : atteindre les 400km/h.

Les députés votent le report du prélèvement à la source

C'était pressenti, c'est désormais officiel. Le prélèvement à la source n'entrera en vigueur qu'en 2019. Mercredi 12 juillet 2017, l'Assemblée nationale a voté le report d'application du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, pourtant voté sous le quinquennat de François Hollande.

Décriée par les chefs d'entreprises et les organisations patronales, la mesure a été inscrite, en urgence, dans le projet de loi d'habilitation, conformément à la promesse d'Emmanuel Macron. La réforme devait initialement entrer en vigueur au 1er janvier 2018. À lire sur France Info.