En ce moment En ce moment

La revue de presse éco de la semaine (4 au 8 juin)

Publié par le - mis à jour à
La revue de presse éco de la semaine (4 au 8 juin)
© Olivier Le Moal

Vous n'avez pas eu le temps de suivre l'actualité économique cette semaine ? La rédaction vous propose de découvrir ce que vous avez pu rater du 4 au 8 juin 2018. Au programme : taux réduits de TVA en question, emploi des personnes handicapées, levées de fonds, Brexit...

  • Imprimer

- 15 % d'affaires aux prudhommes en 2017

D'après le dernier rapport annuel de la mission Justice (qui rend compte de l'utilisation des moyens alloués aux politiques publiques), les affaires aux prudhommes ont baissé de 15 % en 2017. 127 000 affaires ont ainsi été enregistrées. Un effet, en partie, de la loi Macron du 6 août 2015, qui avait réformé la justice prud'homale.

Le rapport montre aussi que, malgré les réformes successives qui visaient à la favoriser, la conciliation évolue peu. "Si le nombre d'affaires portées devant le bureau de conciliation a fortement augmenté, passant de 33 900 affaires en 2016 à 47 500 en 2017 soit + 40 %, cela ne s'est pas pour autant traduit par une hausse des affaires conciliées (7 800 pour 8 800 en 2016) ce qui représente un taux de conciliation de 5,6 % contre 5,8 % en 2016", développe actuEL RH, quotidien dédié aux professionnels des RH.

Pour aller plus loin : Loi Travail : ce que prévoient les ordonnances pour les TPE et PME (avec un focus sur le plafonnement des indemnités prud'homales)

Les chefs d'entreprise restent confiants pour 2018

Les dirigeants de PME et d'ETI continue d'afficher un certain optimisme quant à leur croissance et vis-à-vis de l'économie révèle Les Échos. Tel est l'enseignement des récents résultats de l'Observatoire Banque Palatine des PME-ETI. Étude réalisée annuellement auprès d'entrepreneurs réalisant entre 15 et 500 millions d'euros de CA.

D'après le quotidien économique, "la cote de confiance des dirigeants pour leur propre entreprise atteint son plus haut niveau depuis la création du baromètre en 2010."

Ce que prévoit le gouvernement pour l'emploi des personnes handicapées

Favoriser l'insertion professionnelle des personnes en situation de handicap. C'est le sens d'une série de mesures annoncées mardi 5 juin par le gouvernement. Plusieurs d'entre elles devraient se retrouver dans le projet de loi avenir professionnel examiné à l'Assemblée nationale à partir de la semaine prochaine."L'un de [ces arbitrages] consiste à modifier les modalités de calcul de l'obligation d'emploi (...) En changeant ainsi de périmètre, le nombre de handicapés susceptibles d'être recrutés devrait s'accroître d'environ 100 000", explique Le Monde (article payant)

Autres mesures annoncées : les dirigeants devront déclarer leur "effort en faveur de l'emploi" à partir du 1er janvier 2020. Les CFA auront un référent handicap et recevront par ailleurs une aide supplémentaires pour les apprentis en situation de handicap. Des formations spécifiques seront proposées aux personnes handicapées par le biais du plan d'investissement dans les compétences (PIC), dédié aux décrocheurs scolaires et aux chômeurs longue durée.

Quand les réseaux sociaux deviennent un outil de recrutement de cadres

Pour recruter des cadres, les entreprises misent de plus en plus sur les réseaux sociaux. Elles étaient 49 % à le faire en 2017, contre 36 % en 2016. C'est ce qui ressort d'une enquête de l'Apec publiée cette semaine.

L'offre d'emploi reste le moyen le plus plébiscité. Plus de huit employeurs sur dix y ont ainsi recours. La présélection par téléphone monte également en puissance, mais pas la vidéoconférence, délaissée à cette phase du processus. "Dans près de 90% des cas, les entreprises demandent aux candidats leurs diplômes et/ou contrôlent leurs références, bien souvent auprès d'anciens employeurs", ajoute Le Figaro.

Brexit : ce que les PME françaises ont à y perdre

4 milliards d'euros. Si aucun accord n'est trouvé entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, c'est ce que coûtera chaque année le Brexit aux entreprises françaises, selon une récente étude des cabinets Oliver Wyman et Clifford Chance. La France serait ainsi le troisième pays le plus impacté, après l'Allemagne et le Royaume-Uni. En 2016, le pays était son premier client et elle y exportait 38 milliards d'euros de biens et de services. Dans le détail, le secteur agroalimentaire serait le plus touché.

"Les PME disposent de ressources plus limitées pour gérer les lourdeurs administratives supplémentaires et ont généralement moins d'expérience dans les exportations hors de l'UE et donc moins l'habitude de faire face aux barrières douanières et réglementaires", précise l'étude. À lire dans Le Figaro (et étude consultable ici).

Le Maire veut s'attaquer aux taux réduits de TVA

Alors que le taux réduit de TVA dans la restauration n'a pas porté ses fruits à en croire les évaluations de Bercy et que le Gouvernement doit trouver des financements pour les prochaines mesures de la loi Pacte, Bruno Le Maire a fait savoir qu'il souhaitait revoir certains de ses avantages qui bénéficient à la restauration, au transports, au logement ou à certains loisirs culturels. Tandis qu'une baisse de cinq milliards d'euros des aides aux entreprises est en cours d'étude du côté du ministère de l'Économie, Bruno Le Maire a fait savoir aux députés que "si on fait quelque chose de significatif, il faudra revenir sur les taux de TVA réduits."

Si rien n'est encore décidé, le ministre a invité les parlementaires à étudier la question pour "confronter leur évaluation à celle du gouvernement", d'après Les Échos. Reste que la baisse de la TVA, il y a dix ans, a jusqu'ici plus bénéficié aux patrons qu'aux salariés ou aux consommateurs, contrairement à son objectif de soutenir l'emploi. A l'inverse, lorsqu'elle a été relevée en 2012 et 2014, ce sont les consommateurs qui ont dû mettre la main à la poche. D'où l'enjeu particulièrement politique d'une telle mesure.

Plus de 520 millions levés par les start-up françaises en mai

Joli mois de mai pour les jeunes pousses de l'Hexagone. Elles viennent de lever un montant cumulé de 520,7 millions d'euros, indique La Tribune. Cette somme record a été atteinte en une cinquantaine d'opération précise le journal.

Une belle performance pour l'écosystème de la French Tech, "alors qu'il n'y avait eu que sept levées supérieures à 30 millions d'euros depuis janvier, le mois de mai en a apporté cinq de plus", précise l'hebdomadaire économique. À noter la super-levée obtenue par l'éditeur de jeux vidéos sur mobile Voodoo, avec 172 millions d'euros.

La start-up du networking, Swapcard, lève 4 millions d'euros

Elle est de tous les salons professionnels ou presque et veut renforcer sa présence à l'international. Swapcard qui propose une plateforme de networking pendant les événements professionnels annonce avoir levé 4 millions d'euros auprès d'investisseurs privés. Un tour de table qui doit lui permettre, selon FrenchWeb, de perfectionner sa solution grâce à l'apport de l'intelligence artificielle et de se développer à l'international.

Fondée en 2013 et présente aujourd'hui sur plus d'un millier d'événements professionnels, l'application est déjà présente en Allemagne, au Canada ou en Espagne où elle a déjà ouvert des bureaux. Elle vise les États-Unis, l'Afrique du Sud, la Côte d'Ivoire, l'Inde et la Corée du Sud.

"Cette levée de fonds va permettre d'étendre notre présence dans les plus grands événements internationaux, renforcer notre R&D et offrir un support humain dans le plus de régions possibles", précise Baptiste Boulard, CEO de Swapcard.

La Rédaction

La rédaction vous recommande

Par Manutan

La maitrise des couts relatifs aux achats et les economies potentielles qui en decoulent sont un enjeu majeur de competitivite pour les entreprises [...]

Sur le même sujet

Actualités

Par Mickaël Deneux

Un sondage d'Opinion Way, paru jeudi 18 octobre 2018, dans le cadre de l'opération "J'aime ma boîte", révèle que les Français ont majoritairement [...]