En ce moment En ce moment

La revue de presse éco de la semaine (7 au 11 mai)

Publié par le - mis à jour à
La revue de presse éco de la semaine (7 au 11 mai)
© Page Facebook Festival de Cannes

Vous n'avez pas eu le temps de suivre l'actualité économique cette semaine ? Pas de panique ! La rédaction vous propose de découvrir ce que vous avez pu rater du 7 au 11 mai 2018. Au menu : start-up issues de la recherche, bilan économique de Macron, ponts de mai, business du Festival de Cannes...

  • Imprimer

Quand la recherche publique crée des start-up

La recherche publique française, moteur d'innovation ? À en croire une étude d'impact Bpifrance, les sociétés d'accélération du transfert de technologies (SATT) ont participé à la création de 256 start-up depuis 2012. C'est d'abord dans les technologies numériques (33 %) que les créations sont les plus nombreuses, suivies des cleantech (30 %), des biotech (20 %) et des medtech (17 %). Et leur pouvoir d'attraction est fort : 38,3 % des start-up issues des SATT ont déjà levé des fonds, contre 25 % en moyenne au niveau national.

Mieux, 2 200 brevets ont même été déposés à leurs initiatives et plus de 630 contrats de licence avec des universités et des établissements de recherche ont été signés, d'après Les Échos.

Un an après, quel bilan économique pour Macron ?

Cette semaine aura marqué le premier anniversaire d'Emmanuel Macron à l'Élysée. Le Figaro revient sur une série de mesures économiques passées durant cette année, comme la transformation de l'ISF en IFI (impôt sur la fortune immobilière) ou bien sûr la réforme du code du Travail. Autant de mesures soutenues par la droite, globalement satisfaite par cette politique comme l'analyse également sur France Info un représentant du service politique de France Télévisions.

Europe 1, de son côté -dans un article daté du week-end dernier- s'interroge sur les causes de l'environnement économique favorable dans lequel ces mesures s'inscrivent (perspectives de croissance revue à la hausse, baisse du chômage début 2018). Mais la radio met en avant moins les mesures récentes qu'une conjoncture internationale favorable ou encore l'action de François Hollande. "Certaines mesures, comme par exemple le CICE ou bien encore le pacte de responsabilité, ont donné de l'air aux entreprises", avance-t-elle par exemple. Prochaine étape de cette politique économique : la loi Pacte, qui devrait être présentée début juin après plusieurs reports.

Égalité salariale : la difficile mesure des écarts de salaire

Un logiciel de paie commun à toutes les entreprises ? La mesure avait été annoncée par Muriel Pénicaud en mars 2018 pour faciliter la mesure des écarts de salaires entre les hommes et les femmes dans les entreprises. Si le sujet est plutôt consensuel - les femmes étant en moyenne payées 9 % de moins que les hommes -, la réalité est tout autre puisque sa mise en application s'avère délicate. Pour parvenir à uniformiser les indicateurs et obtenir des résultats fiables sur l'ensemble des entreprises, le ministère souhaite en effet "un outil fiable statistiquement et qui ne soit pas une usine à gaz".

D'après Les Échos, le gouvernement hésiterait entre la création d'un logiciel ad hoc, une adaptation des logiciels de paie existants ou l'utilisation de la déclaration sociale nominative (DSN) transmise par tous les employeurs chaque mois. Reste que le calcul doit encore pouvoir se faire sur des indicateurs similaires : diplômes, convention collective semblent logiquement acceptés par tous mais quid de l'ancienneté ou de l'expérience ? Un premier outil sera testé en juin pour analyser les différents modèles. En attendant, le gouvernement rappelle que cette mesure ne constitue qu'une étape et doit être renforcée par la création d'une enveloppe de rattrapage salarial puis par l'obligation sous trois ans de résorber les écarts sous peine de sanctions.

Des start-up obligées de déménager à cause du Parti socialiste ?

En quête d'un nouveau bâtiment après avoir vendu son siège historique de Solférino (Paris), le Parti socialiste a jeté son dévolu sur un bâtiment - rose - d'Ivry-sur-Seine. Mais le déménagement cause des troubles chez les actuels pensionnaires du lieu. Vingt-sept start-up ont été sommées par le propriétaire de libérer les lieux de 1 200 m² avant le 30 juin 2018.

Face à l'inquiétude des entrepreneurs et le dérangement occasionné par les visites, le PS par la voix de son premier secrétaire, Olivier Faure, a nié être à l'origine de ce déménagement forcé et fait savoir, au Parisien, que "quoi qu'il arrive, ce bâtiment changera de propriétaire. Si nous n'achetons pas, un promoteur le fera." Il dit néanmoins comprendre la réaction des actuels locataires : "Subir des visites lorsque l'on se trouve encore dans les locaux est désagréable. Nous avons connu cette situation à Solférino".

Festival de Cannes : quel impact sur les entreprises locales ?

Le Festival de Cannes, ses films, ses paillettes... et ses retombées sonnantes et trébuchantes pour les entreprises de la région ? Selon Le Figaro, l'événement a généré 197 millions d'euros de retombées économiques l'année dernière. Les hôteliers sont l'un des métiers à en profiter : certains réaliseraient 10 à 15 % de leur chiffre d'affaires durant la période. "Les flux injectés par les festivaliers permettent [...] aux entreprises et salariés bénéficiaires de dépenser leur rémunération auprès d'autres entreprises locales ou nationales", ajoute le site.

Et Le Figaro de s'interroger sur les effets à en attendre cette année, marqué par les mouvements sociaux. Certains professionnels du tourisme disent avoir déjà constaté une baisse d'activité ces dernières semaines, en raison des grèves et d'une mauvaise météo. Toutefois, l'optimisme domine : les festivaliers ne se détourneront pas pour autant de la Croisette et d'autres événements sportifs ou professionnels attendus prochainement sur la Côte d'Azur devraient aussi générer de l'activité.

Quand les entreprises doivent s'adapter aux ponts de mai

19. C'est le nombre de jours travaillés en ce mois de mai. Un calendrier que beaucoup d'entreprises regardent d'un oeil suspicieux. "Les entreprises [étaient] nombreuses à prévoir de tourner au ralenti [cette semaine]. Certaines seront même carrément fermées", relate RMC/BFM. Autre conséquence : un rythme de production adapté dans les usines, pointe de son côté Ouest-France. D'autant que la période est aussi l'occasion pour les salariés de solder leurs derniers congés.

Et le site économique de relever le manque à gagner pour l'économie française. ''Au niveau national, selon les années, les ponts coûtent entre 0,1 et 0,2 point de PIB, soit 2 à 4 milliards d'euros''. Reste que certains secteurs, comme l'hôtellerie, la restauration, s'en tirent mieux que d'autres, selon RMC/BFM. Et qu'il n'y a pas forcément de raison de s'inquiéter, car un report de l'activité en juin n'est pas à exclure, note un dirigeant dans Ouest-France.

"> Du temps devant vous ? Élisez en quelques clics le dirigeant de l'année !

Le savoir-faire d'une PME parisienne trouve sa place en Pologne

En signant deux contrats d'une valeur totale de dix millions d'euros pour les chemins de fer polonais, la PME parisienne ATDI, spécialisée dans les logiciels et les solutions de conception, de planification et d'utilisation des réseaux hertziens ainsi que des services de communications tactiques, étend un peu plus son savoir-faire dans ce pays d'Europe de l'Est. Une confirmation du succès pour l'entreprise qui lui permettra de faire vivre sa filiale polonaise "quatre ans de plus", selon la présidente de l'entreprise sise en Pologne.

Ce n'est pas d'ailleurs pas le premier contrat conclu dans ce pays pour ATDI puisqu'elle commercialise déjà ses solutions aux ministères de l'Intérieur, de la Défense ou encore de la Police, d'après La Tribune. Une réussite qui s'explique par les nombreux clients prestigieux de l'entreprise, comme les armées américaine, française ou israélienne et la manière dont elle a réussi à démontrer la qualité de son savoir-faire.

L'entrepreneur Xavier Duportet "jeune leader mondial" pour le Forum de Davos

Il fait partie des trois seuls Français qui apparaissent dans le Young Global Leaders du Forum Économique mondial de Davos, un classement des cent personnalités les plus remarquables dans le monde de par leur créativité, leur innovation, leur capacité à jeter des ponts entre les mondes -en l'occurrence, ceux de la recherche et de l'entreprise-, dévoilé cette semaine.

Xavier Duportet, déjà remarqué par la MIT Technology Review, est le dirigeant d'Eligo Bioscience, une start-up de l'univers médical qui travaille sur des médicaments capables de cibler les bactéries nocives tout en préservant celles qui sont utiles à l'organisme. Il a donc été distingué dans ce classement, aux côtés du footballeur et autre entrepreneur Mathieu Flamini. Cet ancien d'Arsenal et du Milan AC est aussi le cofondateur de l'entreprise GFBiochemicals, spécialisée dans la chimie verte. À lire sur Business Insider.

Iran : le retrait américain inquiète aussi les PME

L'annonce du retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien et les possibles sanctions américaines sur les entreprises poursuivant leurs contrats dans la république islamique du Golfe persique n'inquiètent pas que les grands groupes français. Quelques PME qui travaillent sur place sont également concernées. C'est le cas de l'entreprise de cosmétique castelroussine Pier Augé. Contactée par France Info, la dirigeante Christine Vallin s'interroge sur la viabilité de poursuivre le commerce avec l'Iran craignant que ses produits ne "deviennent inaccessibles à la consommation".

En Iran depuis 2015, ce serait un coup dur pour l'entreprise après des difficultés longues de dix-huit mois pour s'implanter. "Travailler avec l'Iran et se faire payer, c'est déjà très compliqué", explique-t-elle, notamment à cause des "banques françaises qui n'acceptent pas de virements provenant de l'Iran par crainte de mesures de rétorsion" de la part des États-Unis. La menace de nouvelles sanctions rend encore plus compliquée la projection dans les prochains mois : "Une des questions c'est le surenchérissement fort des taxes à l'importation et donc que nos produits deviennent à un moment inaccessibles à la consommation." Une crainte renforcée par le fait que l'entreprise exporte aussi aux États-Unis.



La Rédaction

La rédaction vous recommande

Par Manutan

La maitrise des couts relatifs aux achats et les economies potentielles qui en decoulent sont un enjeu majeur de competitivite pour les entreprises [...]

Sur le même sujet

Actualités

Par Amélie Moynot

La PME de croissance Kerlink, fournisseur de services pour l'IoT, a reçu, mardi 11 juillet 2018, le prix de la PME des trophées Futur40, qui [...]