Mon compte Devenir membre Newsletters

La revue de presse éco de la semaine (9 au 13 octobre)

Publié le par

Vous n'avez pas eu le temps de suivre l'actualité cette semaine ? Pas de panique. Nous vous proposons un petit tour de l'information économique du 9 au 13 octobre. Au programme : Tim Cook chez une PME française, prélèvement à la source, travail détaché, les prix de cession de PME qui décollent...

La revue de presse éco de la semaine (9 au 13 octobre)
Vous n'avez pas eu le temps de suivre l'actualité cette semaine ? Pas de panique. Nous vous proposons un petit tour de l'information économique du 2 au 6 octobre. Au programme : French Fab, les PME et la Bourse, RSI, flat tax, transformation digitale et un nouveau concurrent pour Uber à Paris.

Retrouvez cet article sur : www.chefdentreprise.com - "La revue de presse éco de la semaine (2 au 6 octobre)"

Tim Cook en visite dans une PME normande

C'est un énorme coup de projecteur qui a été donné cette semaine sur Eldim, PME de 42 personnes basée près de Caen et notamment spécialisée dans les technologies de reconnaissance faciale. En tant que fournisseur de technologie pour le prochain iPhone, l'entreprise a reçu lundi 9 octobre la visite du patron d'Apple, Tim Cook. En amont d'un rendez-vous avec Emmanuel Macron, celui-ci a visité les locaux et salué les salariés de celle qui est son fournisseur depuis près de dix ans.

Grâce au savoir-faire de la PME, "Quand vous regardez votre téléphone, il s'allume ! Eldim est la seule au monde à fournir cette technologie pour Apple. D'où la visite discrète de Tim Cook ce lundi matin dans le Calvados", relate Ouest-France. Nul doute que l'entreprise cherchera à rebondir sur la notoriété soudaine née de cette visite surprise.

Gobee.bike, start-up de vélos en libre service, débarque à Paris

Après la PME Smoove, c'est au tour de la start-up Gobee.bike de s'intéresser au marché des vélos en libre service parisiens. Après avoir testé son offre à Hong Kong, l'entreprise a investi la capitale lundi 9 octobre avec 500 vélos vert fluo, devenant ainsi un concurrent direct pour la PME, qui doit se lancer début 2018. La particularité de ces bicyclettes - outre leur couleur - est qu'elles n'ont pas besoin d'être rattachées à une borne : elles peuvent être empruntées et reposées dans les parkings à vélo ou directement dans la rue grâce à une application mobile et à la géolocalisation.

Pour s'imposer, Gobee.bike mise sur un prix attractif (0,50 euros les 30 minutes), une simplicité de prise en main (pas de borne) et une montée en puissance avec, à moyen terme, plusieurs milliers de vélos mis en service. L'un de ses principaux enjeux pour atteindre la rentabilité sera de lutter contre le vandalisme. À découvrir sur Business Insider France.

Prélèvement à la source : quel coût pour les PME ?

Trois rapports d'évaluation du prélèvement à la source ont été remis par le gouvernement au Parlement mardi 10 octobre. Il ressort du premier que le coût estimé du dispositif s'établirait entre 310 et 420 millions d'euros pour les entreprises. Loin du 1,2 milliard annoncé au début de l'été. À lire sur Le Monde qui détaille également les contenus des deuxième et troisième rapports, portant respectivement sur les résultats de la phase d'expérimentation du dispositif menée cet été auprès de 600 entreprises, et sur des alternatives.

Ce coût, rapporté au nombre de salariés, sera plus élevé pour les petites et moyennes structures que pour les grands groupes. Les TPE de 5 personnes devront par exemple compter 50 euros par salarié lors de la mise en oeuvre (soit 251 euros au total), les PME de 72 salariés, 44 euros (3201 euros au total), celles de 49 collaborateurs, 43 euros (soit un total de 2103 euros), contre par exemple 6 euros par individu dans les ETI de 350 salariés. "Les ETI et grandes entreprises se distinguent des TPE et PME par le niveau d'industrialisation de la fonction paie permettant de limiter le coût de la réforme par salarié", explique Les Échos, citant l'étude.

Accompagnement : In Extenso et Legalstart se rapprochent

In Extenso, réseau d'experts-comptables du cabinet Deloitte et Legalstart, plateforme spécialisée dans la création de documents juridiques pour les entreprises, ont annoncé cette semaine la signature d'un contrat de partenariat. L'objectif est d'optimiser l'accompagnement proposé aux créateurs d'entreprise.

''Il s'agit, d'une part de mettre en relation les clients de la plateforme avec des experts avant la création de leur entreprise, et d'autre part d'optimiser la réalisation des statuts juridiques des quelque 8.000 créateurs qui passent par la centaine de Point C (pour création d'entreprise) du réseau In Extenso'', détaille Les Échos.

Legalstart revendique 50 000 clients entrepreneurs et In Extenso, 100 000 dirigeants de TPE et PME.

Travail détaché : le Parlement européen va proposer une nouvelle directive

Alors qu'Emmanuel Macron s'est positionné en première ligne pour impulser une réforme de la directive des travailleurs détachés, le Parlement européen examinera les 16 et 26 octobre un projet de réforme de la directive. En vigueur depuis 1996, la directive actuelle subit les critiques de la France - second pays d'accueil après l'Allemagne avec 286 000 travailleurs étrangers accueillis en 2015 -, accusée notamment d'encourager le dumping social et la fraude.

Malgré des évolutions en 2014, le texte de 1996 pourrait être modifié sur la question de la rémunération des travailleurs détachés - les frais de détachement devraient ne plus être déductibles - ou encore la durée de détachement qui doit passer de 36 mois à 24 mois maximum, d'après La Tribune. En outre, les États membres auraient la possibilité de rendre applicables les accords collectifs et de branches aux travailleurs en situation de détachement.

Ces mesures, qui vont dans le sens de la réforme souhaitée par le président de la République, doivent encore recueillir l'approbation des pays d'Europe de l'Est, jusqu'ici peu enclins à de telles évolutions.

Réforme de l'assurance-chômage : premiers échanges avec les syndicats

Après la loi Travail, le gouvernement s'attaque au second volet de son projet de réformes sociales avec les thèmes de la formation et de l'assurance-chômage. Jeudi 12 octobre, Emmanuel Macron a reçu les responsables syndicaux et patronaux tout au long de la journée.

Si rien n'a pour l'instant été dévoilé du contenu des échanges et des propositions du gouvernement, les syndicats attaquent la méthode, selon Le Monde, alors que le climat s'est assombri entre les parties-prenantes suite à la signature des ordonnances de la loi Travail.

À partir du 16 octobre, c'est le Premier ministre et la ministre du Travail qui recevront l'ensemble des partenaires sociaux pour leur présenter les textes. Mais le Gouvernement souhaite se laisser plus de temps pour légiférer et évitera donc de passer par les ordonnances. Le projet de loi doit être présenté au printemps 2018 en conseil des ministres.

Cessions des PME : vers une amélioration

L'indice CNCC Epsilon Research publié jeudi 12 octobre révèle que le prix de cessions des PME françaises a décollé sur les six premiers mois de l'année. Elles se sont en effet vendues pour une valeur égale à 8,4 fois leurs résultat brut d'exploitation. D'après Les Échos, si cette tendance s'avère positive puisqu'il progresse deux fois plus vite que la moyenne de la zone euro, il reste néanmoins inférieur à la moyenne des pays voisins.

Pour Olivier Salustro, vice-président de la commission évaluation de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes (CNCC), interrogé par le quotidien économique, "l'économie française a redémarré et l'élection présidentielle a accéléré cette dynamique. Les PME françaises profitent aussi de la croissance continue des marchés actions".

Ce que peuvent les PME pour l'emploi

Quand les PME vont mal, l'emploi aussi. C'est ce qui ressort d'un récent rapport de l'Organisation internationale du travail (OIT), dont La Tribune livre une analyse. Pour l'Organisation, mener des politiques favorables aux PME permettrait d'endiguer la montée du chômage mondial.

Fruit de la conjonction de plusieurs facteurs, la croissance de l'emploi permanent à temps plein dans les PME a ralenti ces dernières années. Pour redorer la situation, l'Organisation préconise notamment d'optimiser l'accès au financement, y compris aux financements extérieurs en améliorant l'environnement institutionnel des États (responsabilité, transparence, respect de l'État de droit), ou encore d'avoir recours à la flexibilité en interne et à la formation plutôt qu'à des emplois temporaires. "Sur le marché du travail, les PME représentent [41 %] de l'emploi total (...) dans les économies développées", précise le site économique.

Les mensonges (supposés) de la licorne

Valorisée plus de cinq milliards de dollars, la start-up américaine Outcome Health installe des écrans et tablettes dans les cabinets médicaux et propose aux laboratoires d'y diffuser leurs publicités. Elle aurait menti sur ses chiffres (nombre d'écrans installés, impact des campagnes de publicité) pour surfacturer ses annonceurs. La start-up a nié. Elle a aussi engagé une enquête en interne.

Une mise en cause, nourrie par le Wall Street Journal, qui vient fissurer la success story de celle qui a réussi à convaindre Goldman Sachs ou Alphabet (maison-mère de Google) de participer à son financement, et qui compte parmi ses clients les plus grands laboratoires pharmaceutiques. "Rishi Shah, 31 ans, est l'une des étoiles montantes de la tech américaine et l'un des symboles de la scène florissante de Chicago. [Il est] cité dans la liste des "40 Under 40" de "Fortune", nouveau membre du club des milliardaires selon "Forbes"", précise Les Échos, qui raconte l'histoire.


Ça s'est passé sur ChefdEntreprise.com

Nicolas Dufourcq, dg de Bpifrance jeudi 12 octobre au Bpifrance Inno Génération (c) DR


Jeudi 12 octobre, Bpifrance réunissait près de 30 000 entrepreneurs à l'AccordHotel Arena de Bercy pour la troisième édition du Bpifrance Inno Génération, une journée d'échange et de discussion sur le thème de la transformation du monde et de l'économie.

Une soixantaine de personnalités inspirantes se sont notamment succédé sur la scène pour évoquer les défis, enjeux et témoignages autour de la transformation des entreprises. Parmi eux, Xavier Niel (Illiad), Yan Hascoet (Chauffeur Privé), Maurice Lévy (Publicis), Maud Bailly (AccordHotels), Octave Klaba (OVH), Mounir Mahjoubi (secrétaire d'État au numérique) ou encore Benjamin Griveaux (secrétaire d'État à l'économie) se sont exprimés. La rédaction vous propose de revivre cette journée riche en enseignements.