Mon compte Devenir membre Newsletters

La revue de presse éco de la semaine (4 au 8 septembre)

Publié le par

C'est la rentrée ! Vous n'avez pas eu le temps de suivre l'actualité cette semaine ? Pas de panique. Nous vous proposons un petit tour de l'actualité économique du 4 au 8 septembre. Au programme : contrats aidés, surveillance des salariés, apprentissage, Heetch et travail détaché.

La revue de presse éco de la semaine (4 au 8 septembre)

Vers une baisse substantielle du nombre de contrats aidés

Un système trop coûteux au regard de ses bénéfices en termes d'emploi. Tel est le constat que tire le Gouvernement sur le sujet des emplois aidés. Alors que 310 000 contrats de ce type devraient être signés sur l'ensemble de l'année 2017 - contre 460 000 en 2016 -, le Premier ministre, Édouard Philippe a fait savoir que leur nombre serait sensiblement réduit en 2018, d'après Le Monde.

Subventionnés par l'État, ces contrats constituent, d'après le Chef du gouvernement, "une aubaine" pour les employeurs, associations et organismes publics qui y ont recours. "Dans le secteur marchand, seuls 25% des contrats aidés débouchent ensuite sur un emploi, donc 75 % d'échec" a mis en avant le Premier ministre, bien que les entreprises ne constituent qu'une faible part des bénéficiaires de ces emplois (91 000 emplois environ en 2015).

Comme promis, un entrepreneur rentre en France après l'élection de Macron

Dirigeant de la plateforme de promotion digitale, IFellGoods, Michael Amar a tenu parole. Installé au États-Unis depuis 2008, l'entrepreneur avait promis à Emmanuel Macron qu'il rentrerait en France si le candidat était élu en mai dernier. "Je n'étais pas complètement sérieux et pour vous dire la vérité je ne pensais pas non plus qu'il gagnerait. Mais j'ai en effet, tenu cette promesse et je suis de retour en France", explique Michael Amar à Forbes.

Si sa promesse n'est pas la première raison à son retour en France, le dirigeant met en avant "l'impressionnant changement de mentalité" en France autour de l'entrepreneuriat et des entreprises du numérique et loue le rapport à l'entreprise du président de la République. "Au regard de son background, il a un positionnement différent sur l'entreprise par rapport à ces prédécesseurs, ce qui constituait un énorme changement", complète-t-il.

Licenciement : la CEDH sanctionne la surveillance des courriels privés en entreprise

Le jugement fera jurisprudence parmi les États membres. La Cour européenne des droits de l'Homme a sanctionné la surveillance d'e-mails privés envoyés via la messagerie de l'entreprise. Une décision prise par la CEDH, alors qu'elle avait été saisie par un salarié roumain licencié en 2007 pour avoir utilisé son logiciel de messagerie électronique professionnel pour des échanges privés.

"Les autorités nationales (roumaines) n'ont pas correctement protégé le droit de M Bogdan Mihai Barbulescu au respect de sa vie privée et de sa correspondance et n'ont donc pas ménagé un juste équilibre entre les intérêts en jeu", détaille la décision de la Cour, d'après BFM TV. Ce jugement, sans précédent, devra amener les 47 États membres à faire évoluer leur approche sur la question.

Le Figaro explique qu'en France, l'employeur doit respecter le secret des échanges électroniques privés. L'accès à des dossiers identifiés comme personnels par l'employeur ne pouvant se faire qu'en présence du salarié concerné.

Apprentissage : hausse des embauches en 2016

288 000. C'est le nombre d'entrées en apprentissage recensées en France en 2016, selon une étude du ministère du Travail publiée lundi 4 septembre, et dont La Tribune se fait l'écho. Ce qui représente une hausse de 1,9 % par rapport à 2015. Cette augmentation concerne très majoritairement le secteur privé, qui concentre 275 300 embauches, et s'observe par ailleurs surtout dans les entreprises de cinquante salariés et plus (+ 4,4 %).

Autre constat de l'étude : les apprentis sont davantage diplômés. Ainsi, le nombre de ceux qui préparent un bac+2 est en hausse, alors que pour les CAP, ce nombre est en baisse. Une tendance générale observée depuis 2008.

WhatsApp va tester des services dédiés aux pros

Les professionnels sont déjà sur WhatsApp pour communiquer avec leurs clients. C'est pour leur offrir un service mieux adapté que la messagerie, propriété de Facebook, envisage de tester des services dédiés au B to B. L'objectif est également de générer des revenus complémentaires puisque lesdits services, gratuits au démarrage, pourraient dans un deuxième temps devenir payants "pour les grosses sociétés", explique WhatsApp.

"WhatsApp va donc tester une "application gratuite WhatsApp Business pour les petites entreprises, ainsi qu'une solution pour les grandes entreprises opérant à large échelle avec une base de clients internationaux", qui pourront ainsi "fournir des notifications utiles à leurs clients, telles que des horaires de vol, confirmations de livraison, et autres informations", relate Le Figaro, en s'appuyant sur le blog officiel de la messagerie.

Start-up : que devient Heetch six mois après sa condamnation ?

C'est tout à la fois une histoire riche en enseignements pour les entrepreneurs et un symbole des hauts et des bas que les créateurs d'entreprise peuvent traverser. En mars 2017, la société spécialisée dans le transport entre particuliers Heetch avait été condamnée à 200 000 euros d'amende, pour complicité d'exercice illégal de la profession de taxi et pratique commerciale trompeuse. Depuis, l'entreprise - qui a fait appel de cette condamnation - tente de reprendre le chemin de la réussite.

Après une brève suspension de son application, elle avait proposé au printemps dernier une nouvelle offre avec des chauffeurs VTC, avant de relancer, en mai, son service entre particuliers - en l'adaptant. Un bilan "mitigé", selon Les Échos : "La jeune pousse [...] se [dit] satisfaite de la relance. Mais les temps d'attente se sont allongés et ont amené certains clients à se détourner du service". Heetch entend également continuer de militer pour une évolution de la législation.

Dans quel pays européen les PME se portent-t-elles le mieux ?

Avec leurs 1129 % (!) de croissance annuelle moyenne, c'est, pour le Vieux Continent, en Autriche que les PME ont le développement le plus rapide. C'est ce qu'indique la Bourse de Londres dans une étude sur les 1000 petites et moyennes entreprises les plus dynamiques en Europe, dont Business Insider livre les conclusions. La France, dont les 150 PME examinées enregistrent une croissance moyenne annuelle de 36 %, arrive en 22e position de ce classement.

"Le taux de croissance moyen annuel de ces 1000 entreprises européennes est de 103%. Leur chiffre d'affaires moyen est de 59 millions d'euros", précise le site.

Travail détaché : la Pologne fait un pas vers une réforme de la directive

Quelques jours après le voyage d'Emmanuel Macron en Europe de l'Est sur le sujet d'une réforme de la directive des travailleurs détachés en Europe, la Première ministre polonaise a espéré que soit trouvé un compromis sur ce sujet, qui agite les États membres. Beata Szydlo a néanmoins fait savoir qu'elle voulait voir inscrit une exception concernant le secteur des transports - gros pourvoyeur d'emplois dans son pays, d'après Ouest-France.

Cette déclaration va dans le sens des intérêts défendus par le président de la République, soutenus également par l'Allemagne, l'Autriche, la République Tchèque, la Roumanie et la Bulgarie. Jusqu'ici, la Pologne, ainsi que la Hongrie, s'étaient opposés à la refonte de la directive européenne.

Jugeant la directive comme "une trahison de l'esprit européen", Emmanuel Macron est favorable à un durcissement du texte pour lutter contre le dumping social qu'il engendre.