Mon compte Devenir membre Newsletters

Attentats : comment soutenir vos salariés

Publié le par

Il y aura un avant et un après vendredi 13 novembre 2015, et ce, au sein même de votre entreprise. L'onde de choc des attentats de Paris retentit déjà à travers l'ensemble de vos services. Comment gérer la situation afin de traverser au mieux cette épreuve ? Quelques pistes en détail.

Attentats : comment soutenir vos salariés

Depuis quelques jours les images défilent en boucle à la télévision et sur les réseaux sociaux. Témoignages de rescapés de la prise d'otages du Bataclan, photos des 129 morts pour l'heure identifiés, discours des plus hauts dignitaires politiques du monde entier, annonces gouvernementales, manifestations de soutien... Les attentats du vendredi 13 novembre 2015 dont Paris et le Stade de France ont été les cibles, ébranlent la France en son coeur, et bien au-delà. L'événement ne s'arrêtera pas non plus aux portes des entreprises.

"Compte tenu de l'extrême gravité des attaques, la déflagration touche et touchera inévitablement la vie de votre société de près ou de loin, affirme David Mahé, président du cabinet de conseil Stimulus, spécialisé dans le bien-être et la santé au travail. Votre rôle en tant que dirigeant, c'est de commencer par accepter cette réalité, puis de prendre les mesures nécessaires pour gérer cette situation de crise avec beaucoup de bienveillance afin que vos salariés comme votre entreprise traversent au mieux cette période difficile."

Libérez la parole

Épisodes de stress post-traumatique, crises d'angoisse, accès de colère, abattement, perte de concentration, absentéisme... Dans ce type de situations, les réactions sont multiples et plus ou moins perceptibles d'un salarié à un autre. Pour autant, vous auriez tort de ne pas vous préoccuper du ressenti de vos collaborateurs. Non traités à temps, ces comportements souvent incontrôlables peuvent s'aggraver sur la durée et nuire au bon fonctionnement de l'entreprise.

"Dès les premiers jours, mettez en place un dispositif d'écoute et de soutien psychologique interne et/ou externe afin que les salariés qui le souhaitent puissent exprimer leur détresse", recommande David Mahé. Cela peut typiquement passer par l'organisation de petits groupes de parole animés par un psychologue ou le responsable RH. Vous pouvez également inciter vos managers à échanger en tête-à-tête avec les membres de leur équipe pour débriefer ou prévoir un petit-déjeuner collectif informel. "Qu'importe la forme, l'objectif doit être de réunir les conditions pour favoriser les échanges en interne, et donc libérer la parole", explique le dirigeant de Stimulus.

Faites preuve de souplesse

Selon lui, une fois l'onde de choc passée, "la 'vraie' vie de l'entreprise doit reprendre son cours". Ce qui impliquera parfois des aménagements provisoires d'un point de vue organisationnel. "Les premiers temps, essayez de faire preuve d'un peu plus de souplesse et de compréhension vis-à-vis de certains collaborateurs (ex : accorder un délai supplémentaire pour un livrable, accepter une absence ponctuelle du bureau, décharger provisoirement un salarié, etc.), conseille l'expert. D'autant plus que ce n'est pas en les pressant de réaliser une tâche que cela marchera mieux et plus vite !", note David Mahé.

Dans ces moments de troubles, ne sous-estimez pas le réconfort que vous pouvez apporter. Vos équipes, elles s'en souviendront à coup sûr.