En ce moment En ce moment

Management : être agile ou ne pas l'être ?

Publié par le | Mis à jour le
Management : être agile ou ne pas l'être ?

Plébiscitée par les start-up, l'agilité en entreprise s'impose de plus en plus comme un mode d'organisation à part entière où le facteur humain, la transversalité des problématiques et la dynamique de groupe priment au bénéfice de l'entreprise. Qu'en-est-il réellement ? Comment la mettre en place ?

  • Imprimer

Par opposition à l'entreprise traditionnelle où trônent verticalité et organisation en silo, l'entreprise agile serait, dans l'esprit commun, basée sur un management horizontal et un fonctionnement "en mode projet". Si ce néologisme managérial caricature bien souvent - et parfois à juste titre - le monde des start-up et leur organisation, il faut bien constater que de plus en plus d'entreprises font le pari de cette souplesse dans leur organisation, au premier plan duquel les jeunes entreprises innovantes.

Un concept où l'agilité reviendrait donc à ne s'organiser qu'en groupes transversaux pour mieux s'abstraire des carcans organisationnels de l'entreprise classique et ainsi favoriser l'innovation.

L'agilité s'appuie en réalité sur quatre concepts clés, à savoir le travail en équipe, la collaboration, le produit et l'acceptation du changement. Quatre conditions qui "forment les tenants de la réussite" de cette innovation managériale, selon Frédéric Château, professeur de Data et Machine Learning et spécialiste de la transformation des organisations à l'IÉSEG, où était organisé un atelier sur le sujet lors de l'université d'été de l'école de management, vendredi 22 juin 2018.

Créer une dynamique collective

D'autant que si l'agilité créée "une dynamique collective entre les équipes plus efficace", pour Stéphane Marcel, responsable Innovation et développement chez Kantar TNS, elle permet surtout "un retour sur investissement plus qu'intéressant".

Une organisation choisie par BlaBlaCar et mise en place au cours des années qui ont suivies la création de l'entreprise en 2004. "Nous avons des modèles de management hybride, explique Raphaëlle Dessein, CRM manager pour la pépite française. On a débuté à travers une organisation régie selon des modèles métiers, que l'on a ensuite fait évoluer pour tendre vers le mode projet où chacun sait sur quoi travaille l'autre. L'agilité passe par une entraide et une adaptation des équipes sur les problématiques des autres collaborateurs", ajoute-t-elle.

En somme, la force collective de l'entreprise comme groupe social aux compétences hétérogènes doit amener les collaborateurs à imaginer des solutions quelle que soit leur position dans l'entreprise au service du développement produit.

Une démarche ouverte et transversale qui orchestre le fonctionnement de la PME Michel & Augustin. Eliot Grondel, coordinateur de la chaîne logistique de la marque, fait savoir que ce principe de management "est appliqué au quotidien sans vraiment que chacun n'y fasse vraiment attention". Un avantage précieux pour une entreprise à l'effectif relativement réduit - Michel et Augustin emploie une centaine de collaborateurs dont 60 en France - mais qui nécessite une remise à plat du fonctionnement global lorsqu'elle est engagée en cours de route.

"La clé est de s'appuyer sur les compétences propres et, par essence multiples, de l'ensemble des salariés pour permettre à ceux qui le désirent de prendre le lead sur une des étapes du projet, explique-t-il. Pour cela, il faut tendre vers une responsabilité hiérarchique horizontale pour limiter au maximum les freins dans l'organisation".

Changer la culture d'entreprise

Une mise en place qui n'est pas pour autant simple à intégrer dans une entreprise. "Pour faire face aux réticences des équipes, il faut quelqu'un qui donne le ton, qui impulse un début de changement", précise Stéphane Marcel (Kantar TNS).

Un point de vue partagé par David Machenaud, cofondateur et directeur associé d'Opeo Conseil, une start-up qui accompagne la transformation organisationnelle des entreprises : "Pour faciliter l'agilité des organisations, il est préférable de l'essayer sur une partie de l'entreprise et de voir les résultats. Ça essaimera si le succès est au rendez-vous."

Une méthode facilitée par le développement des nouvelles technologies et de la digitalisation des entreprises. "Ces nouveaux outils sont des armes puissantes pour engager la démarche", précise-t-il.

Si le facteur humain prime dans l'efficacité de la méthode, d'autres astuces peuvent augmenter son efficience. Pour Raphaëlle Duchemin (BlaBlaCar), "lorsque l'on définit une roadmap sur l'année, il ne faut pas hésiter à laisser des temps morts pour faire face à l'imprévu". Une stratégie expérimentée tout récemment par l'entreprise confrontée à un surcroît d'activité majeur en raison de la grève des cheminots. Un autre exemple avancé par la responsable de la relation client est d'aménager des journées ou demi-journées sans réunion ou à la durée limitée.

Il n'empêche, tous assurent que l'agilité en entreprise ne peut se mettre en place et se démocratiser qu'à la condition que les managers et la direction revoient leur copie sur la question de l'échec, encore trop prégnante selon eux dans les entreprises.

À l'image de la mention "Fail, learn and succeed" ("échoue, apprend et réussit") qui trône dans les locaux de BlaBlaCar - et que ne manquent d'ailleurs jamais de rappeler Frédéric Mazzella ou ses équipes - "l'agilité impose d'accepter de passer de la recherche exclusive du succès à l'autorisation du droit à l'erreur, note David Machenaud. C'est un profond changement de la culture d'entreprise à engager".


Pierre Lelièvre

Pierre Lelièvre

Journaliste

Depuis juin 2016, je suis journaliste pour Chef d’Entreprise, Commerce magazine, Artisans mag’. Intéressé par le monde de l’entreprise, j’écris sur tous [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Par Manutan

La maitrise des couts relatifs aux achats et les economies potentielles qui en decoulent sont un enjeu majeur de competitivite pour les entreprises [...]

Sur le même sujet

RH - Management

Par Pierre Lelièvre

Les évolutions sociales et technologiques, les nouvelles formes d'organisation du travail bousculent le contenu et la structure des emplois. [...]