Mon compte Devenir membre Newsletters

Management : 4 conseils pour faire grandir ses collaborateurs

Publié le par

Organisée jeudi 30 mars 2017 à Paris, la journée Vitaelia a mis au coeur des échanges, conférences et ateliers, le bien-être au travail. L'occasion de glaner quelques conseils en matière de management, qui contribue à la qualité de vie des équipes.

Management : 4 conseils pour faire grandir ses collaborateurs

En décalage avec leurs salariés, les managers ? Si le risque existe, certaines pratiques permettent aussi de réduire l'écart. Comme celles distillées au cours de la journée Vitaelia 2017, organisée par l'organisme du même nom spécialisé en bien-être au travail, le jeudi 30 mars 2017 à Paris. L'objectif était, notamment, d'ouvrir des pistes pour améliorer la qualité de vie au travail et la performance des entreprises. Un management avisé constitue l'une de ces solutions. Morceaux choisis.

1. Accorder le droit à l'échec

Auteur et conférencier, Gaël Chatelain a vanté, à travers le contre-exemple de Bob, manager cumulant les défauts, les vertus du management par la bienveillance.


Au-delà du respect des règles élémentaires de politesse (pas de retard, sourire...), le manager bienveillant fait preuve d'attention, se montre disponible ou encore respecte le temps off de ses collaborateurs. Mauvaise idée de s'isoler dans un bureau : " La notion de " je suis là non pas pour te juger mais pour te faire aller vers le haut " peut passer par une porte ouverte ", indique Gaël Chatelain. La bienveillance passe également par le fait d'accorder aux membres de son équipe le droit de se tromper.

2. Inciter ses collaborateurs à se déconnecter

Trois heures trente par jour, soit douze ans de vie. C'est, selon Christophe Médici, psychosociologue, coach et expert en qualité de vie au travail, le temps que chacun passe devant un écran.

Pour prévenir les pathologies liées à ce phénomène d'hyper connexion, en particulier le burn-out, les entreprises peuvent mettre en place des bonnes pratiques. " Areva par exemple a mis en place des jours sans mail ", relate Christophe Médici.

Cela peut également se jouer au niveau du management. " A un manager qui envoyait des mails le dimanche après-midi - ce qui mettait la pression à ses équipes - j'ai conseillé d'utiliser les " envois différés " pour que les mails soient reçus plutôt le lundi matin ", illustre, en substance, Gaël Chatelain. Dans l'idéal, évitez aussi d'envoyer les mails après une certaine heure. Chez Volkswagen, les serveurs sont coupés après 18 heures. Une façon aussi d'aider chacun à garder un équilibre entre vie personnelle et vie privée.


A lire aussi :

- 7 conseils pour manager ses équipes à distance
- Communication non-violente : rétablissez le dialogue dans votre PME
- S'inspirer des entreprises Great Place to Work 2017

3. Positiver

" A hauteur de 87 % nous vivons tous des événements similaires : maladie, mort, mariage, divorce, enfants... La différence réside dans le regard que chacun va poser sur son événement de vie ". Voilà le postulat de départ de Michel Poulaert, conférencier, formateur, blogueur, spécialisé dans le leadership positif. Sa conviction ? Pour avancer quand ces événements surviennent, " la clef est d'oser prendre de nouveaux risques, d'être dans l'action, dans l'audace ".

Si cela a des vertus pour chacun, cette attitude positive est aussi porteuse en terme de management. " Les leaders positifs sont plus flexibles, arrivent à créer des opportunités autour d'eux, donnent du sens aux projets, parviennent à le communiquer, à fédérer des équipes ", explique le spécialiste. Et de proposer un memento en forme d'acronyme : PAVE (Préparation - Audace - Vision - Enthousiasme).

4. Cultiver l'optimisme

Créateur du Printemps de l'optimisme en plus d'avoir été le conseiller en communication de Nicolas Sarkozy, Thierry Saussez a défendu les avantages de cette façon de voir les choses et le monde, qui valent pour chaque individu, y compris les managers.

Une façon de voir qui permet de déployer son énergie quand cela devient nécessaire dans les moments difficiles. " L'optimisme n'est pas un benêt, un rêveur, il a bien sûr des doutes, mais il les gère ", assure-t-il.

En terme de management, cela peut sans doute se traduire de plusieurs façons, comme exprimer sa gratitude ou encore miser sur la force du collectif - en lien avec l'une des vertus de l'optimisme, qui est l'humanité. Et cela peut avoir pour conséquence de favoriser les réussites.

Et Thierry Saussez de citer Oscar Wilde : " Il faut toujours viser la lune, car même en cas d'échec, on atterrit dans les étoiles ".