Mon compte Devenir membre Newsletters

Mutuelle collective obligatoire : 10 conseils simples pour choisir le bon opérateur

Publié le par

Au-delà du meilleur rapport couverture/prix, le choix de votre fournisseur dépend de nombreux autres facteurs, qui vont du conseil aux outils d'accompagnement en passant par la présence de réseaux de soins.

Mutuelle collective obligatoire : 10 conseils simples pour choisir le bon opérateur

1/ Regarder la spécialisation santé de l'opérateur. Mieux vaut privilégier une organisation dont c'est le métier depuis toujours qu'une structure pour laquelle la santé est une nouvelle activité ou une parmi tant d'autres.

2/ L'expertise et la réactivité du référent qui vous accompagnera lors de la mise en place et tout au long de la vie du contrat. Deux qualités que vous aurez l'occasion d'éprouver lors de la consultation, selon la rapidité et la qualité des réponses apportées.

3/ Les outils dont il dispose pour vous accompagner. Certains commerciaux sont en effet équipés d'outils de simulation qui vous simplifient la compréhension du dispositif et qui les guident dans leur proposition vous assurant que les garanties respectent l'accord de branche s'il existe, etc. Certains prestataires proposent même de mettre en place la DUE (décision unilatérale de l'entreprise pour vous.

4/ La disponibilité du référent ou l'existence d'une hotline facile à joindre, experte et réactive

5/ La stabilité des tarifs. Inutile de se voir proposer des cotisations compétitives la première année si elles grimpent en flèche à chaque exercice. Une stabilité qui se négocie.

6/ La panoplie des garanties. C'est-à-dire leur étendue et leur souplesse.

7/ Les niveaux de tiers payants et d'échanges Noemie (télétransmission) qui sont très diversifiés sur le marché.

8/ L'aspect pratique de la gestion des contrats. De fait, 90% des entreprises souscrivent à un panier de soins minimum mais les salariés peuvent, eux, vouloir être plus protégés (surcomplémentaire ou options). C'est pour cette raison que la gestion de la complémentaire doit être facile, pour que votre collaborateur puisse gérer son contrat lui-même.

Privilégiez donc les outils qui vous déchargent au maximum des aspects administratifs et facilitent (et sécurisent) le pilotage individuel du contrat : s'affilier en ligne, choisir ses options et celles de ses ayants-droits, être prélevé de sa prime sur son salaire ou sur son compte bancaire, émettre sa carte de tiers payant, suivre l'évolution de ses remboursements, etc. Ceux, également, qui vous offrent la possibilité d'extraire les effectifs pour mieux les gérer en paie, etc.

9/ Les réseaux de soins. Assurez-vous que votre fournisseur travaille avec des centres de santé, si possible dans toute la France, qui s'engagent sur le non-dépassement d'honoraires ou l'absence d'avance de frais sur les consultations de spécialistes.

10/ Les autres services. Certains opérateurs proposent de travailler sur la prévention au sein de l'entreprise. Ils peuvent également soutenir les salariés sur le plan psychologique et financier (en cas de devis dentaire élevé, par exemple).