Mon compte Devenir membre Newsletters

Réussir la cohésion de son équipe comme Gaëlle Mignot, capitaine du XV de France

Publié le par

La capitaine du XV de France féminin, Gaëlle Mignot, qui vient de remporter le Tournoi des six nations, engage quotidiennement ses équipes vers l'excellence, dans des conditions parfois difficiles. En cultivant un esprit d'équipe sans faille.

Réussir la cohésion de son équipe comme Gaëlle Mignot, capitaine du XV de France

Elle a commencé à l'âge de sept ans, avec les garçons. "Pour voir", explique cette Périgourdine née dans une famille de rugbymen. Un jour, son cousin lui parle d'une fille au club et elle a envie d'essayer, elle aussi. La passion ne la quittera plus, et pour le ballon ovale elle embrasse une vie de sacrifices.

Car si le rugby féminin a atteint l'excellence ces derniers temps, il n'est toujours pas professionnel. "On mène toutes de front une carrière de haut niveau et une vie professionnelle", souligne la capitaine du Montpellier Hérault Rugby, qui est également éducatrice sportive. "Cela implique un sacré rythme. Il est fréquent qu'on rentre d'un match à une heure du matin et qu'on soit au boulot à huit heures le lendemain." Et que la pause déjeuner soit consacrée à une séance d'entraînement... La rigueur est donc le maître mot d'un quotidien tout entier tourné vers les échéances du haut niveau.

Feeling du leader

"Il faut se donner les moyens quand on veut quelque chose", clame la talonneuse. Conjuguer le rugby de haut niveau au féminin, un sacerdoce quand les garçons, devenus professionnels dans les années 1990, touchent des sommes "qui font rêver". Mais elle le sent bien, cet engagement commence à payer, avec une médiatisation croissante liée aux succès de l'effectif. "C'est grâce à nous, se félicite-t-elle. Il faut continuer à montrer une bonne image, en travaillant énormément." Avec des filles motivées, parfois fatiguées parce qu'elles ne récupèrent pas assez. "En sélection nationale [dont elle est capitaine depuis 2014, NDLR], on est ensemble sur une aventure qui nous porte et fait donner à chacune le meilleur d'elle-même. En club, c'est différent. La problématique du statut amateur se ressent plus cruellement. L'entraîneur se repose plus sur la capitaine. On se voit tous les jours et, comme dans une famille, des tensions surviennent. Surtout qu'il y a des profils différents : six ou sept internationales comme moi qui visent la Coupe du monde, des petites jeunes qui font leurs premiers matches, et celles qui ne jouent pas et dont la frustration de rester sur le banc se ressent parfois."

"On doit absolument bien connaître l'autre"

Sa politique: "Gérer les conflits le plus rapidement possible." Ce qui implique de les déceler très vite. "Je vois bien, quand une fille habituellement toujours à fond ne l'est pas, c'est qu'il y a un problème". Il faut alors la faire parler, au bon moment. "Souvent sur le mode de la rigolade, la plupart ça leur fait cracher le morceau. Pour elle, un bon leader se reconnaît avant tout à son feeling. "On doit absolument bien connaître l'autre. Cela s'apprend toute l'année pour que lors des échéances on ne fasse qu'une. Car la solidarité est primordiale sur le terrain quand il s'agit d'aller au charbon. "C'est ça l'esprit d'équipe!"