Mon compte Devenir membre Newsletters

Donner du sens à votre film d’entreprise avec une ligne éditoriale sur mesure

Publié le par

Le film de commande – ou film d’entreprise - connait une nouvelle jeunesse ! Des coûts de production plus compétitifs, la démultiplication des canaux de diffusion, des champs d’applications de plus en plus nombreux (institutionnel, recrutement, commerciale, formation…), et l’engouement du public pour ce média font du film d’entreprise un « must have » !

Comme pour tout support, le film d’entreprise, s’inscrit dans la stratégie de communication de l’entreprise. Il répond à des objectifs de communication précis et s’adresse à un public clairement identifié ; le tout orchestré par une ligne éditoriale (scénario, messages clés,…) pensée spécifiquement pour le film et qui lui conférera toute sa substance.

Les messages

Les messages sont couramment portés par deux éléments principaux :

  • L’image. Renforcée par la bande son, l’image s’adresse à l’affect. Elle véhicule les valeurs de l’entreprise, éveille une perception, un ressenti tels que dictés par les objectifs de communication.
    Si le concept du film est judicieux, le message peut être porté uniquement par l’image. Un message déduit par le spectateur se fixera plus longtemps dans sa mémoire.
  • Le rédactionnel : voix off, textes incrustés (cartons), interviews ou, plus rarement, dialogues. Il précise le sujet, s’adresse à l’intellect. Il favorise la compréhension, incite à l’analyse, informe.
    le travail éditorial donne sa substance au film et œuvre dans le sens d’une réponse qualitative au brief. A soigner dès la conception.

Épris de belles images, oui. Epris de textes intelligents aussi. Quand il a sa place, il est nécessaire d’être très exigeant sur le rédactionnel, trop souvent négligé par le support vidéo.

En revanche, il faut éviter:

  • des mots vides de sens et galvaudés jetés sur des images au détriment de tout impact, de toute valeur ajoutée et de toute esthétique.
  • une voix off anesthésique qui éteint toute puissance d’enchantement.
  • des interviews hésitantes, laconiques ou trop longues qui assomment un public hermétique, rare, puis inexistant.

Le texte dans la bande son

Deux utilisations communes de texte audio dans les vidéos sont la voix off et l’interview.

  • La voix off doit être audible, facile à comprendre.
  • Versions étrangères : prenez garde aux accents atypiques et difficiles à cerner. Pour les versions anglaises, privilégiez l’accent « middle west ». Soyez vigilants : il y a plusieurs « dialectes » chinois ou arabes…
  • Mixage : pensez spectateur ! Une musique ou un sound design trop présent risque de gêner la bonne compréhension de la voix.
  • Le rythme, le rythme, le rythme. Accélération, ralentissement, pause, chuchotement ou voix puissante : donnez du rythme à la voix comme à l’ensemble du film.
  • Le ton. Journalistique, narratif, grave ou léger, proche ou distant, féminin ou masculin voir un judicieux mélange des deux, etc… Soyez fidèle au ton adopté, il donne au film tout son caractère !
  • Le style. Restez cohérent. Vous emmenez votre spectateur dans une fiction ? Ne le perdez pas ou ne le décevez pas en passant, sans raison, à une forme narrative, institutionnelle ou journalistique.
  • L’interview. Fini l’interview filmée ! Le son mène sa vie en toute indépendance : le témoignage audio, enregistré au préalable, accompagne les images de la personne interviewée en train de vaquer à ses activités par exemple. L’intérêt ? Vous préservez la mise en scène du film. L’écueil principal ? Ne pas arriver à faire comprendre qui s’exprime dans la séquence.

Le texte à l’image (le carton) :

Un seul mot, flottant dans un plan, a-t-il du sens ?

Donner envie de lire, emporter le spectateur … Cela passe aussi par un travail éditorial approfondi, une maîtrise des messages clés du film, une prise de recul quant à la réception des textes par le spectateur, une agilité avec le sens des mots dans leurs différentes acceptions.

La place du texte incrusté a évolué. Il intègre l’image comme un élément à part entière de la scène filmée, respectant les perspectives, les mouvements de caméra : peint sur le mur d’un immeuble, pris dans les remous d’un fleuve, à l’arrière d’un bus…

Créer un film, c’est créer un univers ou chaque élément qui le compose doit favoriser l’immersion. Une écriture ciselée, une mise en scène soignée et une approche originale sont des gages de réussite.