Mon compte Devenir membre Newsletters

Clic and Walk fait appel à un chercheur pour étendre sa toile

Publié le par

Pour Clic en Walk, qui collecte les avis des consommateurs pendant leurs courses, l'animation de sa communauté est un enjeu de taille. Afin de mieux comprendre ses mécanismes, elle accueille depuis décembre 2013 un chercheur de l'Inria, chargé d'étudier le phénomène de viralité. Explications.

Clic and Walk fait appel à un chercheur pour étendre sa toile

Clic and Walk ne prend pas la R&D à la légère. L'entreprise, qui collecte en temps réel l'avis des consommateurs pendant leurs courses, accueille, depuis décembre 2013, une doctorante de l'Inria, l'établissement public de recherche dédié aux sciences du numérique.

Objectif : mieux comprendre les connexions entre ses membres et le phénomène de viralité. "L'idée est d'expliquer scientifiquement comment se crée une communauté et comment elle se développe", ­indique Frédérique Grigolato, la dirigeante.

Aujourd'hui, plus de 150 000 "clic walkers" européens se connectent à l'application avec leur smartphone. Et ce nombre devrait doubler d'ici un an. "Pour le moment, nous animons notre communauté de façon intuitive. Demain, nous souhaitons connaître les leviers pour l'activer et passer sur un mode plus scientifique", confie la chef d'entreprise.

L'échange a lieu dans le cadre du dispositif public Cifre, grâce auquel les étudiants réalisent leur thèse au sein d'une entreprise. Ainsi, Frédérique Grigolato bénéficie, pour les modalités administratives, d'un accompagnement de l'Inria et de l'université de Lille. Bpifrance subventionne également cette initiative à hauteur de 50 k€, soit la moitié des dépenses du projet.

Déjà labellisée "BPI ­entreprise innovante" et "JEI" (jeune entreprise innovante), la PME a un nouveau cheval de bataille : organiser, en ­association avec des acteurs régionaux du Nord-Pas-de-Calais, le premier hackathon d'Europe.

Répandue aux États-Unis, cette pratique, découverte par Frédérique Grigolato lors du déplacement de la French Tech à New York, consiste à réunir une centaine de développeurs pour ­concevoir, en 48 heures, une application fonctionnelle de façon collaborative. Ce "Happy Hacking Hackathon" a eu lieu à Lille les 13 et 14 septembre 2014.

L'oeil de l'expert - Christophe Lecante, président de la commission Innovation du Comité Richelieu

"Une relation bilatérale vertueuse"

"Cette initiative est encourageante en ce qu'elle s'inscrit dans un nouveau modèle d'innovation construit sur une relation bilatérale entre une entreprise et un laboratoire de recherche. Or, chacun en tire un bénéfice. La première y trouve un levier de croissance et de compétitivité et le second peut mettre à l'épreuve ses modèles théoriques", estime Christophe Lecante, président de la commission Innovation du Comité Richelieu.

La force de ce projet réside donc dans le nombre réduit de partenaires qui se rassemblent autour d'une ambition stratégique. "Ce type de dispositif est plus accessible aux PME que les consortiums de recherche habituels, et il facilite l'implication des acteurs pour porter le produit ou le service innovant jusqu'à son marché, ce qui est la véritable finalité pour l'entreprise", conclut-il.