Mon compte Devenir membre Newsletters

Les start-up du numérique françaises réalisent 54 % de leur chiffre d'affaires à l'international

Publié le par

D'après un baromètre EY/France Digitale dévoilé en septembre 2017, les start-up numériques françaises ont vu leur chiffre d'affaires augmenter de 33 % en 2016 et réalisent l'essentiel de leurs performances à l'étranger. Croissance, emploi, innovation : découvrez leurs principales caractéristiques.

Les start-up du numérique françaises réalisent 54 % de leur chiffre d'affaires à l'international

33 %. C'est la hausse de chiffre d'affaires enregistrée entre 2015 et 2016 par les start-up françaises du numérique, selon un baromètre1 consacré à ces entreprises, réalisé par EY et France Digitale et présenté à l'occasion du France Digitale Day, mardi 26 septembre 2017. Des revenus majoritairement (à 54 %) réalisés à l'étranger. "Un record pour le baromètre !" constatent France Digitale et EY dans l'édito de ce document.

"La France peut non seulement compter sur des champions internationaux, mais aussi sur des jeunes acteurs qui se concentrent sur les marché étrangers depuis leurs création". Cette ouverture vers l'international se traduit aussi d'une autre manière, puisque 35 % des start-up tricolores dénombrent un capital-risqueur étranger ayant déjà investi dans leur entreprise.

Pour financer leur innovation, les start-up n'hésitent pas à utiliser les aides disponibles, comme le CICE pour 72 % d'entre elles ou le CIR (56 %). 52 % bénéficient des avantages fiscaux associés au statut de Jeune Entreprise Innovante (JEI). Par ailleurs, un peu moins d'une entreprise sur deux (45 %) s'appuie sur des incubateurs et des accélérateurs pour développer son business.

Les effectifs en hausse de 25 %

Un dynamisme global qui se traduit aussi côté emploi. Leurs effectifs ont augmenté de 25 % entre 2015 et 2016. Cela représente en moyenne 2,7 emplois créés par start-up en France (1,2 à l'international). Plus de neuf start-up sur dix ont l'intention de continuer à recruter en 2017. Dans le détail, ces salariés, âgés de 31 ans en moyenne -ou 40 ans pour le management- sont essentiellement en CDI (89 %). Par ailleurs, seuls 10 % des patrons sont des femmes.

Dans cet horizon au beau fixe, reste que les start-up sont également confrontées à des obstacles à leur développement. Le premier est la difficulté à recruter et à trouver des profils adaptés à leurs besoins, en particulier des développeurs. Viennent ensuite la question du financement (15 %), du coût du travail et des charges (14 %) et des partenariats et contrats (13 %).

1 Baromètre de la performance économique et sociale des start-up numériques françaises réalisé par EY et France Digitale Day auprès de 317 entreprises participantes, ayant six ans d'existence en moyenne et ayant levé 2,4 millions d'euros en moyenne auprès de VCs et business angels. Baromètre révélé à l'occasion du France Digitale France le 26 septembre 2017.