Mon compte Devenir membre Newsletters

Trouver son MVP : un petit produit pour une grande réussite

Publié le par

Le Minimum Viable Product (MVP) permet de valider ou non l'idée du start-uper sans engager beaucoup de moyens. Ce produit ou service "de base " constitue le point de départ de la jeune entreprise. Si les consommateurs répondent présents, alors, il existe bien une cible et un marché.

Trouver son MVP : un petit produit pour une grande réussite

Une stratégie économique

Beaucoup d'aspirants start-upers hésitent à passer le cap de la création d'entreprise par peur du défi qui s'annonce. Le processus de création et de développement peut, en effet, effrayer dans un premier temps. Mais le passage par un Minimum Viable Product (MVP) permet de balayer ses craintes ou de se tromper sans prendre trop de risques.

Concrètement, le MVP est l'objet ou le service de base tiré de l'idée originale du chef d'entreprise. "Il vaut mieux une réponse rapide même si ce n'est pas celle souhaitée qu'une réponse tardive, explique Nicolas Baron, VP Engineering chez MeilleursAgents.com, qui conseille par ailleurs des start-up chez NUMA à Paris. Il faut savoir faire le deuil de son idée et accepter la réalité des chiffres."

Rapide à concevoir, le MVP permet de réaliser d'importantes économies par rapport à un développement d'entreprise plus traditionnel.

Présenter le Minimum Viable Product aux futurs clients rapidement et sous sa forme la plus basique fait économiser du temps et donc de l'argent au start-uper. Le produit étant épuré, il offre également la possibilité de réaliser des économies sur le coût de conception de l'objet, ou de mise en place pour un service.

La conception du MVP

Il ne faut pas pour autant négliger la réalisation du MVP qui ne doit pas être un prototype. "Souvent nous confondons produit mal fini et Minimum Viable Product. Or, le MVP doit être viable et bien développé pour permettre une vraie analyse exploitable lors de sa mise sur le marché", précise Nicolas Baron.

Si le MVP doit être conçu rapidement et simplement, il reste cependant la première vitrine de la start-up et nécessite donc d'y réfléchir sérieusement. Sinon, en cas d'échec, il est difficile de savoir si c'est l'idée qui n'a pas séduit ou si c'est le produit qui est en cause, car mal confectionné. Un bon MVP n'a qu'une seule et unique fonctionnalité : mettre en valeur l'idée de la start-up. Son utilisation doit être facile et immédiate pour le client. "C'est le plus petit produit possible à construire et capable de valider ou d'invalider les hypothèses d'un entrepreneur. Cette approche permet de limiter des gaspillages éventuels de temps et d'argent pour un entrepreneur qui démarre", note Nicolas Baron.

Le MVP face à l'épreuve du marché

Le MVP a pour vocation de rencontrer très vite les clients cibles. Il faut affronter le marché pour trouver sa "customer validation" "L'idée est de réduire au maximum le temps entre l'idée et sa validation effective sur le terrain. Le but ? Avoir des retours qualitatifs et quantitatifs le plus rapidement possible", analyse le VP ingénierie de MeilleursAgents.com. Le délai ne se calcule plus en années, mais en mois. Même si l'idée n'est pas complètement aboutie à cette étape, elle est toutefois très vite confrontée à la réalité du marché. "Le MVP doit être capable de confirmer ou non l'idée de l'entrepreneur et de répondre aux questions que ce dernier se pose", détaille Nicolas Baron. Il est donc porteur de renseignements essentiels.

A noter que le Web est l'outil idéal pour tester une idée. En créant une simple landing page (page d'accueil d'un site), l'entrepreneur peut présenter son produit et sa fonctionnalité et laisser un formulaire à destination du consommateur. Si les retours sont nombreux, alors le MVP est en bonne voie. C'est une méthode efficace et à moindre coût pour soumettre son idée et aller à la rencontre des utilisateurs. Si les consommateurs ne manifestent que très peu d'intérêt pour le produit, il y a de grandes chances pour que l'idée ne soit pas viable.

Ainsi le start-uper n'aura pas perdu des mois à penser la conception de son projet sans résultat final. Il sait immédiatement que l'idée doit être abandonnée et qu'il peut réfléchir à un autre projet. A contrario, si les consommateurs se montrent réactifs, le start-uper peut accélérer le processus de développement de son idée, en faisant évoluer le MVP selon les retours qu'il reçoit.

Les outils d'analyse

Pour connaître l'impact du MVP sur les consommateurs, il faut trouver les bons outils d'analyse. Nicolas Baron insiste sur l'importance de ne pas négliger cette étape : "Il est nécessaire de prévoir comment mesurer l'impact du MVP. Il faut réfléchir à ce que l'on veut valider et trouver le meilleur mode pour récolter un maximum d'informations et de chiffres. Le MVP doit intégrer les bons dispositifs de mesure pour permettre une bonne analyse."

Si l'outil choisi pour l'analyse n'est pas le bon, alors les résultats n'ont pas de valeur. Pour cette phase de test, le start-uper peut également penser aux user testing en faisant tester le MVP par des proches.

Vers le développement de la start-up

Le Minimum Viable Product n'est que le point de départ de la start-up. Les informations récoltées et les retours des clients doivent permettre de le faire évoluer. En ce sens, pour Nicolas Baron : "des prédictions ont été faites par rapport à l'idée originelle. Si elles ne sont pas exactes, il faut aller chercher des façons de faire évoluer le produit".

Les modifications apportées aident au développement de la start-up, pour qu'elle grandisse autour du concept de base. Attention cependant à ne pas modifier trop souvent et trop rapidement son MVP, il ne faut jamais perdre de vue l'idée de départ de la start-up. Mais pour Nicolas Baron, on peut aller plus loin, particulièrement dans l'univers du Web, et privilégier principalement la création de MVP. "L'approche MVP peut être utilisée pour construire une offre complète, en répétant l'exercice pour chaque nouvelle idée à valider", insiste-t-il. L'industrialisation n'arrive que dans un second temps et n'est pas toujours nécessaire, selon le secteur. Le produit obtenu grâce au MVP peut se suffire à lui-même.