Mon compte Devenir membre Newsletters

93 % des chefs d'entreprise ayant réalisé une opération de croissance externe en sont satisfaits

Publié le par

Selon une étude de Grant Thornton, neuf dirigeants sur dix estiment que les opérations de croissance externe ont donné lieu à une création de valeur significative pour leur organisation.

Une étude menée par l’Ifop pour Grant Thornton, en partenariat avec le Medef, auprès de 1 004 dirigeants français, montre que 93 % des chefs d’entreprise ayant réalisé une opération de croissance externe en sont satisfaits et que celle-ci a donné lieu à une création de valeur significative pour leur organisation.
De plus, près de la moitié des dirigeants interrogés (45 %) envisagent d’acquérir une entreprise au cours des cinq prochaines années. L’étude montre notamment que le renforcement de l’image et/ou de la notoriété de l’entreprise constitue le bénéfice le plus fréquemment mis en avant, par 90 % des répondants, tout comme l’optimisation du capital humain de l’entreprise (80 % des personnes interrogées). La croissance externe a également permis aux PME d’accroître leurs parts de marché (88 %) mais aussi d’améliorer leur résultat d’exploitation (78 %) tout en accélérant leur croissance organique (74 %). Les conclusions sont plus tempérées pour ce qui concerne l’atteinte d’une taille critique (57 % des personnes interrogées), l’augmentation des marges (55 %) et la diminution des coûts (52 %). Les jugements positifs sont également moins marqués concernant les moyens consacrés à l’innovation (41 %), l’internationalisation des activités (37 %) et l’accès à de nouveaux marchés à l’international (31 %).
« L’étude démontre bien que la croissance externe est devenue un acte normal et courant de la vie des PME, là où elle était considérée il y a encore peu comme une aventure assez exceptionnelle et particulièrement risquée. C’est une démarche qui s’intègre désormais complètement et naturellement dans le plan de développement des PME » précise Françoise Noël-Marquis, associée, directrice nationale adjoint finance conseil chez Grant Thornton.

Les résultats montrent également que 76 % des dirigeants considèrent que des actions correctives devraient être apportées en particulier pour ce qui concerne la gestion des différences culturelles entre les équipes des deux entités et la conduite du changement organisationnel. Françoise Méchin, associée chez Grant Thornton analyse : « l’acceptation en interne du bien fondé de l’opération conditionne souvent la réussite du projet de croissance externe ; bien que la tendance naturelle des dirigeants soit d’allouer les ressources à la gestion des sujets externes, il convient de ne pas négliger la phase de communication, de conviction et d’implication des personnels des entreprises réunies dans un même projet ». Plus de 7 dirigeants sur 10 jugent que des modifications s’imposeraient en termes d’estimation des coûts et ressources nécessaires à la bonne intégration de la cible (75 %), mais également dans le cadre de l’élaboration du Business Plan (70 %) et de la réalisation d’un plan d’intégration post-acquisition mieux structuré (70 %).

Enfin, 53 % des répondants déclarent qu’il leur faudrait améliorer la maîtrise des questions liées au financement de l’opération de croissance externe et 63 % pensent que le cadrage des garanties d’actif et de passif devrait faire l’objet de modifications et d'améliorations dans le cadre de prochaines acquisitions. Pour finir, 60 % des dirigeants interrogés déclarent qu’il leur faudrait mener des actions correctives pour le choix de la cible, améliorer la maîtrise des questions liées au financement de l’opération de croissance externe (53 %).