Mon compte Devenir membre Newsletters

Cap sur l'amélioration de la qualité de l'air intérieur

Publié le par

Les matériaux de construction et de décoration (pour le revêtement des sols, plafonds et murs) qui émettent plus d'1 µg/m3 de trichloréthylène sont interdits à compter du 1er janvier 2010.

Afin de lutter contre la pollution de l'air intérieur, les matériaux de construction et de décoration (pour le revêtement des sols, plafonds et murs) qui émettent plus d'un microgramme par mètre cube de trichloréthylène (n° de CAS : 79-01-6) sont interdits à compter du 1er janvier 2010. Si vous avez toutes les chances d'acheter des produits en conformité à partir de cette date, n'hésitez pas à vérifier les matériaux en stock, achetés avant cette date.

L'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) propose un dispositif d’étiquetage des matériaux de construction et des produits de décoration en vue d’améliorer la qualité de l’air intérieur. Un tel dispositif est d’autant plus important qu’aujourd’hui, rien ne permet à un acheteur d’identifier les matériaux les moins émissifs, alors même que les objectifs de qualité de l’air intérieur sont loin d’être atteints : l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI), coordonné par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), avait montré en 2006 qu’un quart des logements français étaient pollués à forte concentration par un ou plusieurs polluants.

“Cette démarche d’étiquetage permettrait une réduction à la source des polluants, ce qui est une priorité. Pour être pleinement efficace sur la qualité de l’air intérieur, elle doit cependant être complétée par un effort sur les dispositions constructives (ventilation, ouvrants) et sur les comportements (aérer chaque jour son logement, même l’hiver)”, rappelle l'Afsset.