Mon compte Devenir membre Newsletters

Crise financière : les représentants européens réaffirment leur soutien aux PME

Publié le par

À l'occasion du premier Parlement européen des Entreprises, les représentants européens ont martelé le besoin de poursuivre les réformes engagées pour aider les PME à rebondir après la crise.

Aider les PME européennes à traverser la crise financière et à se développer. C’est ce qu’a expliqué, en substance, José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne, lors du premier Parlement européen des Entreprises organisé à Bruxelles. Barroso a souligné que ce sont les PME qui créent le plus d’emplois en Europe et qu’elles « représentent le dynamisme européen. » De fait, les 23 millions d’entreprises européennes englobent à elles seules 80 % de l’emploi de la zone euro. Si les mesures financières prises par la Banque européenne d’investissement ont été saluées – environ 30 milliards d’euros seront débloqués sur deux ans sous forme de prêts aux PME – c’est surtout le besoin de poursuivre les réformes d'ores et déjà engagées qui a été mis en avant. Le but étant d’aider les entreprises à se développer et à exporter leurs produits. Parmi les mesures phares, le "Small Business Act" (SBA) européen a souvent été évoqué. L’un de ses objectifs : faciliter l’ouverture des marchés publics aux PME. Parallèlement, les représentants européens ont martelé leur intention d’assouplir les démarches administratives pour réduire de 25 % les coûts de gestion et d’administration pour les PME.

Concernant toujours la crise financière, Pierre Simon, président d’Eurochambres, a expliqué que les mesures prises par les Banques centrales européennes et les gouvernements ont été bien accueillies par les marchés. Désormais, la crise financière serait « sous contrôle ». Si le risque systémique semble avoir été évité, c’est à présent l’économie « réelle » qui devrait être touchée, principalement à cause de la raréfaction des crédits accordés aux entreprises. « Nous devons nous attendre à un ralentissement économique fort dans les 6 mois à venir car les PME feront face à des problèmes de trésorerie. En effet, les carnets de commandes se rétrécissent et les prêts se raréfient », a indiqué Pierre Simon. Il a aussi insisté sur le fait que « les réformes engagées à Bruxelles devaient être poursuivies, pour permettre à l’économie de mieux rebondir quand la crise sera passée. »

Au niveau mondial, la croissance anticipée en 2009 a été revue à la baisse à 3 % contre 5 % en 2007. Et un sentiment d’inquiétude semble avoir gagné les entrepreneurs réunis au Parlement européen. Environ deux tiers d’entre eux ont indiqué qu’ils allaient ralentir leurs investissements dans les mois à venir. Toutefois, l’impact de la crise financière sur l’attribution des prêts n’a pas encore été ressenti par les PME européennes. Interrogés sur les difficultés d’accès aux crédits, les patrons européens ont été très partagés. Seulement la moitié d’entre eux ont répondu par l’affirmative.