Mon compte Devenir membre Newsletters

CroissancePlus propose 4 dispositifs pour valoriser les fonctions export

Publié le par

L'association d'entrepreneurs entend créer les conditions pour que les salariés évoluant dans la fonction export fassent le choix d'une carrière au sein d'une PME, plutôt que dans un grand groupe.

Après la proposition de création d’un Crédit d’Impôt Export (CIE) et le soutien aux dispositifs Cap Export, CroissancePlus a identifié un 3e levier pour dynamiser le développement international des PME françaises : la valorisation de la fonction export. CroissancePlus est une association professionnelle d’entrepreneurs qui fédère les dirigeants d’entreprises en forte croissance et leurs partenaires.

L’enjeu est de créer les conditions pour que les salariés évoluant dans la fonction export fassent le choix d’une carrière au sein d’une PME, plutôt que dans un grand groupe. "En France, seuls 14% des chefs d’entreprise considèrent l’international comme un vecteur de croissance, alors même qu’il peut constituer une source de profit et de croissance durable, explique Hubert Reynier, président de la commission "International" de CroissancePlus. Ce phénomène culturel est lié au fait que, trop souvent dans les PME, le développement international est le fait du dirigeant et que ce métier souffre d’un manque de reconnaissance".

Pour inciter les chefs d’entreprise à recruter des directeurs du développement international et valoriser leurs fonctions à l’export, CroissancePlus formule 4 propositions.

Politique fiscale attractive

Les deux premières visent à mettre en œuvre une politique fiscale attractive pour les fonctions export dans les PME. Elle comprend deux volets principaux :
- la défiscalisation de l’entrée au capital de l’entreprise du directeur export, le relèvement du plafond de la défiscalisation pour sa formation et les réductions des charges sociales portant sur son salaire. Ce dispositif permettrait d’attirer des talents pour prendre en charge la fonction export dans les PME.
- l'exonération pour les cadres expatriés de l’impôt sur le revenu dès le 80e jour passé à l’étranger (contre le 120e actuellement) et cela sur une période de 12 mois consécutifs.

Aides à l'export obligatoires

 Les deux autres propositions ont pour but de conditionner des aides à l’export à des formations obligatoires :
- créer une Académie de l’Export chez Ubifrance, délivrant une formation diplômante continue.
- permettre aux entreprises et aux cadres d’utiliser le 1% formation et le DIF pour se former à l’étranger.

"Le développement des PME vers l’international est un combat de CroissancePlus, souligne Frédéric Bedin, président de CroissancePlus. Nous avons identifié plusieurs pistes de travail sur la base de l’expérience terrain de nos chefs d’entreprise
membres." Ces propositions ont été présentées à Anne-Marie Idrac, secrétaire d’État au Commerce extérieur, lors de la matinale politique de CroissancePlus du 19 janvier.