Mon compte Devenir membre Newsletters

Défaillances d'entreprise : des TPE-PME de plus en plus fragilisées

Publié le par

Le nombre d'entreprises en défaillance a progressé de plus de 4% sur un an, selon le baromètre Coface, publié le 21 novembre. En première ligne, les TPE-PME et les entreprises du secteur de la construction, qui représentent le tiers des défaillances. Une situation qui devrait se confirmer en 2014.

Défaillances d'entreprise : des TPE-PME de plus en plus fragilisées

Ce n'est pas une surprise. Les défaillances d'entreprises ont encore augmenté en 2013. 62 431 défaillances ont été recensées entre novembre 2012 et octobre 2013, selon le Baromètre des défaillances Coface, publié le 21 novembre 2013. Soit une hausse de 4,3% sur un an. Dans la balance, ce sont près de 200 000 emplois qui sont menacés.

Les PME sont les plus concernées par cette tendance. Leurs défaillances ont augmenté de 8% alors que celles des ETI ont reculé de près de 30%.

Les défaillances des TPE et les micro-entreprises ont également progressé respectivement de 5,7% et de 4,2%.

Dans ce tableau noir, certains secteurs se portent mieux que d'autres. Ainsi, la situation s'améliore pour les filières de la chimie (-5,3%) et du papier-bois (-0,6%)

Le secteur de la construction frappé de plein fouet

Le secteur de la construction représente en revanche, à lui seul, le tiers des défaillances d'entreprise recensées (plus de 20 000 entre novembre 2012 et octobre 2013, soit une hausse de plus de 5% sur un an. À noter que le BTP comptabilise à lui seul plus des trois quarts (77,9%) des défaillances (+1,5% par rapport à 2012), dont beaucoup de sociétés de maçonnerie, menuiserie et plâterie, souligne l'étude.

"Cette hausse est liée notamment à une forte diminution des permis de construire (-16% fin septembre, sur douze mois)", analysent les auteurs de l'enquête. Autres explications, une faible demande des ménages qui freine leurs investissements de rénovation, conjuguée à une faible croissance.

Les auteurs rappellent toutefois que le secteur a toujours été "historiquement surreprésenté dans les défaillances d'entreprises".

Si la majorité des entreprises en difficulté dans ce secteur sont des micro-entreprises, de plus en plus de TPE et PME sont également concernées. Leur nombre a bondi respectivement de 69% et de 40%. Taux de marge en baisse, tensions de trésorerie récurrentes, manque de liquidités... En cause selon les auteurs, la durée de la crise qui fragilise de manière structurelles la rentabilité des sociétés plus anciennes et de plus grande taille.

L'étude pointe également un écosystème détérioré qui se traduit notamment par un allongement des délais de paiements, renforçant d'autant plus la vulnérabilité des petites structures.

Pas d'embellie pour 2014

Ces défaillances ont menacé près de 60 000 emplois en 2013. "En six ans, les effectifs associés aux défaillances dans la construction ont progressé de 68%", notent les auteurs de l'étude.

Une tendance inquiétante au regard de la situation des autres secteurs d'activité mais également de la situation de la filière chez nos voisins européens. À titre de comparaison, les entreprises en difficulté issues de ce secteur sont nettement moindres en Allemagne (moins de 20% des défaillances en 2012) et même en Espagne (27% des défaillances sur les 9 premiers mois 2013), pourtant durement touchée par la crise de l'immobilier.

Dans ce contexte de faible croissance du PIB et de consommation en berne, Coface n'entrevoit pas d'embellie pour l'année prochaine. Selon les auteurs du baromètre, "le nombre de défaillances devrait se stabiliser et conserver un niveau très élevé pour frôler à nouveau 62 000 cas", en 2014.