En ce moment En ce moment

Discours de Nicolas Sarkozy devant le Parlement: la CGPME approuve

Publié par le

La CGPME partage la vision du président de la République consistant à "mettre l'économie au service de l'homme".

  • Imprimer

La CGPME a réagi suite au discours de Nicolas Sarkozy devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles, le 22 juin. L'organisation patronale partage la vision du président de la République consistant à "mettre l'économie au service de l'homme". De même, le souci de ne pas sacrifier la production dénote une véritable prise de conscience de la situation difficile de l'industrie française. La volonté affichée de concentrer les moyens sur les investissements d'avenir tels que le développement durable ou l'économie numérique répond également aux souhaits de ceux qui créent la croissance et l'emploi.
Pour autant, la CGPME émet certaines réserves: "La réaffirmation de la suppression de la taxe professionnelle ne doit pas se traduire par une nouvelle fiscalité locale aussi pénalisante pour nos entreprises." De même, elle s'interroge sur la traduction budgétaire, en particulier dans le cadre européen, des différentes catégories de déficit : structurel, imputable à la crise ou destiné, sous forme d'emprunt, à financer les dépenses nouvelles. Elle s'inquiète également du financement de l'extension annoncée du contrat de transition professionnelle (CTP) et redoute que les PME, de manière directe ou indirecte, soient mises à contribution.

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Création d'entreprise

Par Anne Sophie Panseri, présidente de Femmes Chefs d'Entreprises

On en parle beaucoup, de plus en plus... De nombreuses structures d'accompagnement, de financement, de conseil, inscrivent à leur programme [...]

Création d'entreprise

Par Amélie Moynot

Ils ont plus de cinquante ans et se sont lancés dans l'aventure start-up. Avantages, inconvénients, conseils... Trois dirigeants livrent leur [...]

Création d'entreprise
SPENDESK

Par SPENDESK via Marketme

Qu’elle en soit au niveau “seed” ou dépassant déjà les millions d’euros de chiffre d’affaires, une bonne startup pense toujours à sa scalabilité. [...]