En ce moment En ce moment

Forte hausse des défaillances au second semestre 2008

Publié par le

Sur l'ensemble de l'année, Altares dénombre 54 820 jugements de défaillances (+ 10,3 %) et l'ouverture de 694 procédures de sauvegardes (+ 35,3 %).

  • Imprimer

Sur l’ensemble de l’année, Altares, spécialiste de la connaissance inter-entreprises, dénombre 54 820 jugements de défaillances (+ 10,3 %) et l’ouverture de 694 procédures de sauvegardes (+ 35,3 %). C'est l'un des enseignements de son étude annuelle publiée mardi 20 janvier. La hausse des défaillances d’entreprises s’est accélérée fortement et brutalement depuis juillet 2008. Sur les six premiers mois, la hausse des défaillances était encore contenue à 5 %. La dégradation a été trois fois plus rapide sur la seconde partie de l’année (+ 15 %). A + 10,3 % en moyenne annuelle par rapport à l'année dernière, l’augmentation est la plus forte enregistrée par la société Altares depuis 1991 (+ 15 %), période qui précédait le pic historique des 63 000 défaillances atteint en 1993.
Les PME enregistrent les dégradations les plus fortes. Deux fondamentaux de la défaillance se confirment cette année encore : d’une part, les 2/3 des jugements des tribunaux ont porté sur des liquidations judiciaires directes, et d’autre part, les entreprises les plus jeunes sont les plus vulnérables. Plus d’une défaillance sur deux (57 %) concerne une entreprise de 0 à 5 ans. Cette population, plus fragile, a très tôt subi les effets du retournement de conjoncture. Les défaillances progressent sur cette tranche d’âge de 15%.
Pour autant, les entreprises plus âgées et donc plus structurées n’échappent pas aux difficultés économiques. Ainsi, les sociétés de plus de 20 salariés enregistrent une hausse des défaillances d’entreprises de 25 % sur un an.
De façon assez constante sur trois ans, la procédure de sauvegarde est plutôt plébiscitée par les entreprises de petite taille : 51 % emploient moins de 6 salariés. Cette tendance tend même à se renforcer.
Les grandes entreprises ne s’écartent toutefois pas de cette procédure : 104 d’entre elles emploient de 20 à 49 salariés (+49 %) et 45, contre 25 en 2007, comptent plus de 100 salariés. 90 % des entreprises en sauvegarde réalisent moins de 10 M€ de chiffre d’affaires. Plus de la moitié (54 %) développe moins de 500 000 € de chiffre d’affaires. Avec 156 dossiers d’ouverture, le commerce concentre davantage de sauvegardes. Plus de la moitié concerne des entreprises de vente de détail. C’est 85 % de plus qu’en 2007.
L’Industrie hors agroalimentaire compte 143 demandes d’ouverture (+42%) dont 65 dans les seuls biens intermédiaires (+67%). Les services aux entreprises affichent eux aussi plus de 100 sauvegardes (108) en augmentation de 27 %. Dans les services aux particuliers, les demandes ont crû de 25 % (79 dossiers) principalement concentrées dans les cafés-hôtels-restaurants (63 demandes).

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Création d'entreprise

Par Anne Sophie Panseri, présidente de Femmes Chefs d'Entreprises

On en parle beaucoup, de plus en plus... De nombreuses structures d'accompagnement, de financement, de conseil, inscrivent à leur programme [...]

Création d'entreprise

Par Amélie Moynot

Ils ont plus de cinquante ans et se sont lancés dans l'aventure start-up. Avantages, inconvénients, conseils... Trois dirigeants livrent leur [...]

Création d'entreprise
SPENDESK

Par SPENDESK via Marketme

Qu’elle en soit au niveau “seed” ou dépassant déjà les millions d’euros de chiffre d’affaires, une bonne startup pense toujours à sa scalabilité. [...]