Innovation : une exception française dont on se passerait volontiers

Publié le par

Une enquête mondiale commanditée par General Electric met en évidence les spécificités françaises en matière d'innovation. De quoi laisser songeur…

Les dirigeants hexagonaux semblent avoir de l'innovation une définition différente de celle de leurs homologues du reste du monde. C'est du moins ce que laissent penser les résultats du Baromètre* global de l’innovation 2012 publié par General Electric (GE) fin janvier. Trois Français sur cinq considèrent en effet l’innovation comme une manière de "dominer le marché et maintenir sa position de leader" contre 32 % en moyenne pour le reste des pays interrogés. Pire : quand un sondé sur deux en moyenne voit en l'innovation une "mise en place de nouveaux process, produits, changements organisationnels ou marketing", seul un dirigeant français sur trois partage cette conception. À peine plus d'un sur deux estime que "plus que jamais, l’innovation doit prendre en compte les besoins et spécificité locales de marchés" (contre 74 % des décideurs internationaux).

*Enquête commanditée par GE et conduite par le cabinet StrategyOne entre le 15 octobre et le 15 novembre 2011 auprès d'un panel de 2 800 décideurs de 22 pays, dont la France (100 personnes interrogées).