Mon compte Devenir membre Newsletters

La réduction des délais de paiement aura un effet opposé au but recherché selon le mouvement Ethic

Publié le par

Le mouvement Ethic (Entreprises de taille humaine indépendantes et de croissance) estime que “la réduction des délais de paiement n'apporte pas un bénéfice suffisant de trésorerie aux PME”.

Pour alléger les besoins de trésorerie des PME, la loi de modernisation de l'économie (LME), exige la réduction des délais de paiements à 45 jours. “Sur le fond, il s'agit d'une initiative souhaitable, estime le mouvement Ethic (Entreprises de taille humaine indépendantes et de croissance) dans un communiqué daté de mercredi 3 décembre. Mais nombre de PME (notamment dans la sous-traitance ou l’équipement automobile), recourent au Factor.” La technique du Factor consiste, pour un établissement financier, à acheter aux PME, dès l’émission des factures, leurs créances sur les clients (généralement de grands groupes très solvables). En période de crise, la PME cède en général tout son portefeuille clients au Factor, bénéficiant ainsi d’une trésorerie immédiate. Actuellement, “la réduction des délais de paiement n’apporte pas un bénéfice suffisant de trésorerie à la PME, sauf une légère réduction de ses frais financiers perçus par le Factor”, considère Ethic.
Que faire ? “Espérons que l’État donnera massivement l’exemple (le plus mauvais payeur !) et accordera une longue période d’adaptation aux entreprises… Sachant que les dérogations par accords de branche se multiplient, allant ainsi dans le sens inverse d’une simplification salvatrice.”
Ethic conclut : “Dans la conjoncture actuelle, nombre de PME n’y résisteront pas, compte tenu de la résistance constatée des banques à élargir le crédit aux PME.”