Mon compte Devenir membre Newsletters

Le made in France, une carte à jouer pour les PME

Publié le par

Les Français sont prêts à acheter davantage de produits made in France. C'est un moyen de soutenir les emplois et le savoir-faire régional. Les TPE/PME peuvent ainsi tirer leur épingle du jeu.

Pour relancer l’économie française, rien de tel que des sacs tricotés main dans nos belles régions ? Non, il ne s’agit pas d’une solution miracle, mais de l’enseignement qu’ont mis en lumière le site commerçant A Little Market et l’institut de sondage OpinionWay, dans une enquête dévoilée le 4 octobre 2011(1) portant la perception du made in France par les Français.

En effet, conséquence de la crise oblige, ces derniers ont davantage envie de soutenir l’économie de leur pays et se disent prêts, pour cela, à donner la priorité aux produits fabriqués dans l’Hexagone. Et quel meilleur relais, sinon les TPE et PME ? Aujourd’hui, les Français les considèrent comme les principaux moteurs du développement de cette fabrication tricolore, d’après l’étude OpinionWay/A Little Market. Le produit fait main et “fait France” est perçu comme un moyen de préserver le savoir-faire national et régional. C’est une source de création et de maintien d’emplois. « Il y a un vrai attachement des Français envers les TPE/PME, ces entreprises à taille humaine », souligne Bruno Jeanbart, directeur général adjoint d’OpinionWay. « Et cela s’en ressent dans l’acte d’achat des consommateurs, davantage tourné vers le local. »

En effet, en consommant tricolore, l’acheteur entretient un rapport plus direct avec le producteur. Il gagne en transparence et clarifie au maximum la traçabilité du produit qu’il acquiert. Aussi, pour une majorité de répondants, un produit made in France, c’est avant tout un acte citoyen (94 % des répondants). Mais c’est également un gage de qualité (83 %), d’originalité (79 %), de convivialité (79 %) et la garantie que la fabrication et la commercialisation du produit respectent l’environnement. « De plus en plus, nous assistons au retour d’une consommation plus responsable, où le qualitatif remplace le quantitatif », analyse Bruno Jeanbart.

Toutefois, les bons élèves que sont les produits français doivent encore fournir quelques efforts pour se défaire de cet a priori que le made in France, c’est du luxe et que c’est cher. « Il n’est pas évident de convaincre à 100 % le consommateur, ajoute Bruno Jeanbart. Il faut que le produit fabriqué en France tienne toutes ses promesses, que ce soit du point de vue de la qualité, de l'origine ou du prix. » En résumé, il doit, lui aussi, respecter la confiance du consommateur.