Mon compte Devenir membre Newsletters

Les artisans du bâtiment peu enthousiastes par rapport aux opportunités offertes par le Grenelle

Publié le par

La récente étude Cer France sur "les artisans du bâtiment et l'éco-construction" montre un recul de l'enthousiasme des professionnels du secteur vis-à-vis des mesures prises dans le cadre du Grenelle de l'Environnement.

Les artisans du bâtiment sont moins enthousiastes qu'en 2010 face aux mesures du Grenelle de l'environnement. C'est ce que révèle l'enquête Cer France / Ipsos*. Un peu plus d'un tiers (35%) des artisans considèrent le Grenelle comme une opportunité en 2011, alors qu'ils étaient presque la moitié (42%) à y voir leur intérêt en 2010.

Les artisans ne craignent pas en revanche les investissements liés au Grenelle. Près des deux tiers d'entre eux (60%) estiment, selon l'enquête Cer France, que les dépenses seront faibles. Un quart seulement craint qu'elles ne soient élevées.

L'éco construction a du mal à prendre

En ce qui concerne les chantiers d'éco construction, 39% des entreprises déclarent réaliser des chantiers "éco construits", un chiffre stable par rapport à 2010 mais qui reste bas. Ce qui s'explique, selon les artisans interrogés, par une faible demande de la part des acheteurs (57%), puis le manque de formation et d'accompagnement (23%) ou encore la difficulté à obtenir des aides financières (23%) ou la nécessité d'investir dans de nouveaux équipements (21%).

Moins d'embauches prévues

Autre grande tendance révélée par le sondage, une baisse de 10% des intentions de recrutement par rapport à 2010. En ces périodes d'instabilités économiques, les artisans restent frileux quant à leurs perspectives de recrutement. Seuls 12% d'entre eux envisagent d'embaucher au cours des deux prochaines années.

La TVA à 5,5 primordiale pour l'activité du secteur

Les artisans se disent également inquiets vis à vis d'une éventuelle hausse de la TVA en 2012. 85% de personnes interrogées considèrent qu'une telle mesure aurait un impact négatif sur leur activité et qu'elle pourrait même entrainer des suppressions d'emplois pour la moitié d'entre eux (49%).

* Enquête téléphonique réalisée par Ipsos du 14 au 27 septembre 2011 auprès d'un échantillon national représentatif de 500 artisans du bâtiment, d'entreprises de 0 à 5 salariés, selon la méthode des quotas.