En ce moment En ce moment

Les patrons de PME se serrent la ceinture

Publié par le

Le salaire des chefs d'entreprise a perdu 1,3 % (à 51 963 euros par an en moyenne), quand celui des cadres a pris 3,7 % (à 44 600 euros).

  • Imprimer

Une étude de l'Insee pour le compte de la CGPME, dévoilée par La Tribune aujourd’hui, montre qu'en moyenne, les salaires des chefs d'entreprise ont baissé de 1,3 % entre 2004 et 2005, contre une hausse de 1,5 % entre 2003 et 2004. Les cadres, en revanche, voient leur salaire progresser de 3,7 % sur la période 2004-2005, bien que leur salaire net annuel (44 600 euros) reste inférieur de 12,5 % à celui des patrons de PME.
L'étude précise que la baisse a été très nette dans les activités financières (4,25 %) et le commerce (2,8 %). Les services aux entreprises, l'industrie et l'énergie enregistrent en revanche une légère progression de 0,68 %, de même que les transports (1,87 %) et les activités immobilières (2,16 %).
Concrètement, le salaire net annuel moyen des patrons s'élevait, fin 2005, à 51 963 euros. Soit 4 330,25 euros par mois. À l'extrême, celui des patrons du CAC 40 atteint les 2,2 millions d'euros, en termes de rémunérations brutes globales.
Plusieurs critères expliquent ces disparités. Tout d'abord, la taille de la société. Les dirigeants des entreprises de plus de 50 salariés s'octroient en moyenne 116 556 euros par an. En revanche, ceux qui sont à la tête d'une entreprise de moins de 20 salariés ont une rémunération annuelle moyenne deux fois et demie inférieure (39 611 euros). Autre facteur qui contribue à ces différences : le secteur. Ce sont les dirigeants des activités financières qui s'en tirent le mieux avec une rémunération annuelle moyenne de presque 109 000 euros. Les secteurs de l'industrie, de l'énergie, de l'immobilier et des services aux entreprises sont également porteurs pour ceux qui opèrent. Ce qui n'est pas le cas des services aux particuliers (25 266 euros par an, soit 2 105 par mois dans les sociétés de moins de 20 salariés).

La rédaction vous recommande

Par Editialis Brand Content

Dans un univers concurrentiel ou les marques ont des difficultes se differencier Il faut reussir se differencier dans sa promesse aux consommateurs [...]

Sur le même sujet

Création d'entreprise
SPENDESK

Par SPENDESK via Marketme

Qu’elle en soit au niveau “seed” ou dépassant déjà les millions d’euros de chiffre d’affaires, une bonne startup pense toujours à sa scalabilité. [...]

Création d'entreprise

Par Amélie Moynot

Optimiser les chantiers de construction, les rendre plus sûrs, plus efficients. C'est l'ambition de ces start-up, invitées mardi 26 juin 2018 [...]