Mon compte Devenir membre Newsletters

Les pratiques s'améliorent en matière de délais de paiement

Publié le par

Les entreprises réduisent leurs délais de paiement. Selon le rapport de l'Observatoire, les délais clients sont passés en 2009 de 51 à 49 jours de chiffre d'affaires.

La tendance à la baisse des délais de paiement se confirme. Selon le rapport de l'Observatoire publié le 3 mai, les délais clients sont passés en 2009 de 51 à 49 jours de chiffre d'affaires. Dans le même temps, les délais fournisseurs ont eux aussi chuté de 59 à 56 jours d'achat. L'année 2010 devrait confirmer cette tendance.

L'Observatoire reconnaît toutefois qu'il existe des situations très spécifiques, notamment dans le commerce et les activités à forte saisonnalité. Jean-Hervé Lorenzi, son président, préconise deux principales mesures pour accompagner ces secteurs. La première: la réalisation par la DGCIS (Direction générale du commerce, de l'industrie et des services) d'une enquête auprès des TPE. Et ce, afin de mieux connaître leur situation et appréhender leurs problématiques. "Ces très petites structures de moins de 10 salariés n'entrent pas dans le champ de l'étude statistique réalisée par la Banque de France. Cette enquête permettra de leur proposer des outils mieux adaptés", se félicite le Conseil du commerce de France. La seconde: la mise en place de mécanismes d'accompagnement de réduction de délais de paiement, comme des crédits de campagne (1) et l'affacturage inversé (2). 

Des accords dérogatoires non prorogés

L’observatoire des délais de paiement a également recommandé une sortie des accords dérogatoires à leur échéance  le 31 décembre 2011, sans prolongation additionnelle. Ces accords ont été mis en place pour les entreprises confrontées à une faible rotation de leur stock et qui doivent payer leurs fournisseurs dans des délais beaucoup plus courts. Frédéric Lefebvre a indiqué qu’il suivrait cette préconisation. Le secrétaire d'État souhaite toutefois qu'une attention particulère soit apportée à ces "secteurs, encore exposés à des tensions". "Des outils d’accompagnement seront mobilisés dans les prochains mois, en concertation avec les professionnels concernés et avec le concours d’Oseo pour apporter des modes de financement appropriés", a-t-il annoncé.

(1) Crédit de trésorerie qui permet à l’entreprise de financer des besoins de trésorerie liés à une activité saisonnière.                   
(2) L'affacturage inversé a pour objectif d'offrir aux fournisseurs d'une entreprise une solution d'affacturage à des conditions très intéressantes. Le fournisseur bénéficiera directement de la qualité de signature de l'entreprise.