Mon compte Devenir membre Newsletters

Les priorités de la réforme de la formation professionnelle

Publié le par

Le 25 juillet, les partenaires sociaux ont reçu la lettre d'orientation sur la formation professionnelle. Elle présente les quatre axes à négocier pour aboutir à une loi en fin d'année.

Comme l'avait annoncé la ministre de l'Emploi, Christine Lagarde, patronat et syndicats ont reçu, vendredi 25 juillet, une lettre d'orientation du gouvernement sur la formation professionnelle. Ces neuf pages, nées de la réunion du 10 juillet et des conclusions du rapport Ferracci, présentent les bases de la future réforme. Les négociations entre les partenaires sociaux devront débuter dès septembre pour aboutir à un projet de loi, présenté avant la fin de l'année. La réforme doit satisfaire quatre axes :
D'abord, renforcer le lien entre formation et emploi : la formation professionnelle devra concerner autant les actifs par “une mise à niveau de leurs compétences” que les “primo-entrants sur le marché du travail” par le développement de l'alternance.
L'objectif du gouvernement est également de rendre le système plus juste, en établissant les conditions d'un droit à la formation différée pour les jeunes sans qualification, via les contrats d'apprentissage.
Autre priorité : accroître l'efficacité de la formation professionnelle par une mutualisation des contributions versées aux Organismes paritaires collecteurs agrées (Opca) par les entreprises.
Enfin, la réforme devra améliorer le Dif (Droit individuel à la formation) et le Cif (Congé individuel à la formation) pour que le salarié prenne en charge son évolution professionnelle.
Tous les employés doivent être concernés, plus seulement ceux des grandes entreprises. Le 10 juillet, Laurent Wauquiez, secrétaire d'État chargé de l'Emploi, rappelait en effet, que : « Si vous êtes dans une PME, vous avez une chance sur dix d'accéder à une formation. Dans une multinationale, une sur deux ».
L'État mettra également en place à la rentrée trois groupes de travail pour plancher sur la validation des acquis de l'expérience, l'orientation professionnelle et l'offre de formation.