Mon compte Devenir membre Newsletters

Les salariés de PME sont moins stressés que ceux des grandes entreprises

Publié le par

D'après une étude réalisée par Regus, 44% des Français estiment que leur niveau de stress n'a pas augmenté au cours des deux dernières années.

D'après une étude* globale réalisée par Regus (spécialiste des centres d'affaires) auprès de plus de 11 000 sociétés implantées dans 13 pays, 58% des entreprises au niveau international ont connu une augmentation significative du stress au sein de leurs équipes ces deux dernières années. Les Français, quant à eux, semblent avoir moins été exposés à un surcroît de stress durant cette période. En effet, pour près d'un sur deux (44%), le niveau de stress n'a pas augmenté au cours des deux dernières années.

La taille des sociétés a une influence significative sur l'accroissement du stress enregistré ces dernières années. Regus a ainsi identifié que les collaborateurs des plus grandes entreprises françaises (plus de 1000 salariés) ont connu une hausse plus significative de leur stress au travail : 68% des employés des grandes entreprises ont confirmé une augmentation de leur pression professionnelle contre seulement 54% des salariés des PME.

Moins de tensions internes dans les PME

Plusieurs hypothèses peuvent être mises en avant pour justifier cet écart entre grandes entreprises et PME : les conflits et tensions internes probablement plus importants dans les grandes entreprises résultant d'une hiérarchie plus complexe, ou encore la nécessité de flexibilité et de mobilité plus élevée dans les grands groupes, par exemple. L'étude révèle aussi que 56% des Français indiquent avoir connu un stress “plus important” ou "significativement plus important” ces deux dernières années, se situant ainsi dans la moyenne basse.

Même si l'augmentation du stress des salariés français est moindre, le mal-être au travail est bel et bien là. L'enquête Regus confirme que 40% d'entre eux doivent une partie de leur stress aux objectifs de rentabilité, plus prégnants durant les périodes de récession. Autre facteur responsable de l'augmentation du stress au travail : la pression liée à l'exigence de maintien des chiffres d'affaires trimestriels, à laquelle 36% des salariés attribuent leur stress.


*L'étude Regus Business Tracker a été menée auprès de 11 000 entreprises, réparties dans 13 pays et issues de la base de contacts Regus et interrogées en août et septembre 2009.