En ce moment En ce moment

Logiciels : EBP veut conquérir les PME de 50 à 200 salariés.

Publié par le

Acteur majeur sur le marché des entreprises de moins de 50 salariés, l'éditeur de logiciels de gestion EBP veut monter en gamme en ciblant les PME de 50 à 200 salariés.

  • Imprimer

Acteur majeur sur le marché des TPE (- de 10 salariés) et des petites entreprises (10-50 salariés), l’éditeur de logiciels de gestion EBP veut monter en gamme en ciblant les PME de 50 à 200 salariés. Un marché qu’il entend séduire grâce à sa nouvelle ligne de logiciels, baptisée Open Line Technology et basée sur les technologies Microsoft.
Cette ligne concentre le fruit de cinq ans de R&D et s’accompagne d’une innovation marketing avec la création de trois nouvelles gammes : la gamme Pratic pour les créateurs, la gamme Classic pour les TPE et la gamme Pro pour les PME. Avec cette nouvelle technologie, EBP offre aux entreprises un environnement familier avec une interface qui ressemble à Outlook, des filtres et des exports pour retrouver l’univers Excel et un moteur de recherche semblable à un navigateur web. L’éditeur mise sur l’intuitivité et l’ouverture de ses solutions de gestion pour conquérir une clientèle plus exigeante.

La rédaction vous recommande

Par Manutan

La maitrise des couts relatifs aux achats et les economies potentielles qui en decoulent sont un enjeu majeur de competitivite pour les entreprises [...]

Sur le même sujet

Création d'entreprise

Par Anne Sophie Panseri, présidente de Femmes Chefs d'Entreprises

On en parle beaucoup, de plus en plus... De nombreuses structures d'accompagnement, de financement, de conseil, inscrivent à leur programme [...]

Création d'entreprise

Par Amélie Moynot

Ils ont plus de cinquante ans et se sont lancés dans l'aventure start-up. Avantages, inconvénients, conseils... Trois dirigeants livrent leur [...]

Création d'entreprise
SPENDESK

Par SPENDESK via Marketme

Qu’elle en soit au niveau “seed” ou dépassant déjà les millions d’euros de chiffre d’affaires, une bonne startup pense toujours à sa scalabilité. [...]