Mon compte Devenir membre Newsletters

"Les TPE sont des laissées-pour-compte en France"

Publié le par

Frédéric Cameo Ponz l'affirme, les TPE sont la clé de la croissance de demain. Et pourtant ! Avec le journaliste Alain Lebaube, le président des Boutiques de gestion (BGE) a écrit un livre "Pensez à nous, les jeunes entreprises" dans lequel il interpelle les candidats à la présidentielle. Entretien.

'Les TPE sont des laissées-pour-compte en France'

Pourquoi avoir écrit le livre "Pensez à nous, les jeunes entreprises" ?
Frédéric Cameo Ponz (président des Boutiques de gestion (BGE), coauteur de "Pensez à nous, les jeunes entreprises") : D’abord parce qu’en plus de trente ans d’existence, le réseau des BGE n’a jamais pris le temps de présenter ses propositions et ses missions au quotidien. On constate par ailleurs que le thème de la création d’entreprise et du développement des jeunes entreprises n’est repris par presque personne, en particulier dans le monde politique. Les TPE/PME ne sont pas considérées à la hauteur de leur contribution à la croissance, à la vie sociétale, à l’emploi, au maintien de l’activité dans les territoires. Or, nous savons que si ces idées ne sont pas portées politiquement, surtout dans le contexte budgétaire et économique actuel, les pouvoirs publics ne s’en occuperont pas.


Frédéric Cameo Ponz, président des BGE.

Ressentez-vous un intérêt des Français pour cette question ?
FCP : Franchement, pas vraiment. Même s’ils créent de plus en plus d’entreprises, les Français considèrent cette problématique d’un point de vue purement pratique et non politique. Pourtant, c’est à ce niveau-là que beaucoup se joue. C’est pourquoi nous prenons la parole aujourd’hui.

Justement, qu’attendez-vous du pouvoir politique ?
FCP : Nous souhaitons une réelle prise en compte de nos jeunes entreprises. Cela peut se traduire par des mesures très concrètes. Nous plaidons notamment pour une réforme du code du travail, la mise en place d’une convention entre la Caisse des dépôts et l’État sur le financement des TPE/PME, un plus fort engagement des banques, une simplification des démarches administratives… On pourrait aussi initier des Assises de l’entrepreneuriat pour débattre de ces mesures. Tout cela avec un seul objectif : soutenir la création et le développement d’entreprises, donc l’emploi et la richesse de nos territoires.

Concrètement, comment comptez-vous défendre ces propositions sur le terrain ?
FCP : Nous avons déjà écrit aux présidentiables. Nous échangeons également avec les élus locaux. Des rencontres publiques dans les grandes villes sont par ailleurs prévues. Nous poursuivrons notre mobilisation après l’élection, lors des législatives, puis auprès des futurs cabinets ministériels. L’idée n’étant pas d’imposer mais bien de faire en sorte que nos propositions soient débattues et reprises autant à l’échelle locale que nationale.

Retrouvez les huit propositions de "Pensez à nous, les jeunes entreprises" commentées par Frédéric Cameo Ponz.

"Pensez à nous, les petites entreprises !" Frédéric Cameo Ponz et Alain Lebaube, 9 euros, 144 pages, Éditions Jacob-Duvernet.