Mon compte Devenir membre Newsletters

Parachutes dorés : la CGPME rejette tout amalgame avec les PME

Publié le par

Alors que le débat sur la rémunération des dirigeants et les "parachutes dorés" enfle, la CGPME tient à préciser à nouveau sa position.

Alors que le débat sur la rémunération des dirigeants et les "parachutes dorés" enfle, la CGPME tient à préciser à nouveau sa position. Dans un communiqué daté de lundi 6 octobre, elle "s'insurge contre tout amalgame entre ces pratiques et la réalité que vivent au quotidien les dirigeants de PME". Pour la CGPME, "il est normal et légitime que celui qui prend le risque de créer ou de reprendre une entreprise, puisse en cas de succès, dont profitera la collectivité tout entière, en tirer un légitime profit. En cas d'échec, nul parachute doré ne viendra s'ouvrir et son propre patrimoine sera directement menacé. C'est là le lot commun de la quasi-totalité des entreprises françaises". À l'inverse, il est "choquant et anormal que celui dont le statut et la rémunération confortables prennent déjà en compte les aléas d'un départ rapide en cas d'échec, se voit octroyer contractuellement des sommes faramineuses. Ceux qui profitent de ces avantages devraient en sentir le caractère moralement inacceptable, ceux qui les votent devraient s'en expliquer".


La CGPME propose donc de distinguer selon qu'il s'agit ou non d'un entrepreneur patrimonial. Si tel n'est pas le cas, elle suggère de rendre transparents et publics les avantages octroyés à un dirigeant en cas de départ anticipé, ces avantages devant être de par la Loi, conditionnés aux résultats de l'entreprise. La confédération estime que "cette simple mesure assortie d'une procédure précise et de sanctions en cas de non respect suffirait à placer chacun devant ses responsabilités sans pour autant permettre à l'État de s'insérer dans la politique salariale de l'entreprise qui doit rester l'apanage du chef d'entreprise".