Mon compte Devenir membre Newsletters

Plan France Numérique 2012 : les PME seront aidées pour mieux utiliser les TIC

Publié le par

Ce plan, présenté par Éric Besson, vise notamment à développer l'utilisation des TIC dans les TPE et PME. Le secrétaire d'État souhaite aussi aider les PME innovantes à se développer.

Éric Besson, le secrétaire d'État au développement à l'Économie numérique, a présenté lundi 20 octobre un plan de développement de l’économie numérique. Fort de 154 mesures, il vise à faire entrer la France dans le tout numérique. Et les PME n’ont pas été oubliées. Tout d’abord, le gouvernement souhaite mettre en place des « ambassadeurs du numérique pour les PME », pour fournir aux entreprises des diagnostics et des bilans sur leur utilisation des TIC, afin de « les inciter à améliorer leur productivité. » De fait, seulement 50 % des entreprises françaises sont connectées à l’Internet haut débit, 30 % disposent d’un site web et 500 000 PME sont totalement déconnectées de l’économie numérique. À titre d’exemple, les entreprises françaises investissent deux fois moins dans les TIC que leurs homologues d’Amérique du Nord.

Le gouvernement compte aussi « mobiliser les réseaux d’appui aux entreprises pour indiquer aux TPE et PME les bonnes pratiques et les initier aux usages. » Concrètement, 1 000 conseillers au numérique seront déployés à partir des réseaux d’appui des entreprises (CCI, CMA, EPN, Experts-comptables,...). Des modules multimédias seront aussi développés à destination des créateurs et dirigeants d’entreprises, et un guide d’achat sur internet sera mis en œuvre pour faciliter la lisibilité et la compréhension des offres d’équipements informatiques, télécoms et Internet. Toutes ces mesures devraient être pilotées par le Cefac (centre d’études et de formation des assistants techniques du commerce des services et du tourisme).
D’autres mesures ont aussi été évoquées par Éric Besson : la mise en place d’une offre de financement privilégiée, destinée aux entreprises de moins de 2 ans et de moins de 20 salariés, pour l’acquisition de leurs équipements informatiques, de télécommunications et Internet ; le développement, en collaboration avec les fournisseurs d’accès à Internet, d’offres d’accès haut débit compétitive et performante à destination des TPE/PME ; le développement de « Webschool » sur l’ensemble du territoire fondé sur des initiatives personnelles et associatives, de formation aux usages de TIC par les utilisateurs ; inciter les CCI et le CMA à créer un « référentiel d’équipement et de bonnes pratiques numériques » à l’attention des conseillers d’entreprises présents dans les réseaux d’appuis, afin de proposer des formations adaptées ; inviter les CCI et CMA à créer un référentiel métier dans les domaines du conseil et de l’accompagnement informatique ; la création d’un baromètre annuel de l’équipement et de l’usage de l’Internet et des TIC dans les TPE et PME en France.

Le gouvernement envisage aussi de mener en 2009 une campagne de « pédagogie et de sensibilisation à l’usage des TIC dans les TPE et PME sur les atouts et les risques liés à Internet. Cette campagne plurimédia devrait diffuser des films de promotion appelés « les entreprenautes ».
In fine, toutes ces mesures ont pour ambition d’atteindre trois objectifs : 100 % des entreprises françaises connectées à l’Internet haut débit en 2012, 80 % des entreprises dotées d’un site web et 15 % des entreprises disposant d’un site d’e-commerce.

Faire croître l’e-commerce
Parallèlement, ce plan vise à développer le commerce électronique en France. Ce secteur a progressé de 31 % sur un an (à 3,9 milliards d’euros au premier trimestre 2008) et le nombre de sites marchands s’établit à 36 900 (54 % de plus en un an). Pour soutenir cette croissance, le gouvernement va promouvoir le statut de l’ « auto entrepreneur ». Ce statut a été créé le 23 juillet 2008 par la loi de modernisation de l’économie. Il bénéficie d’un régime simplifié et libératoire de prélèvement fiscal et social sur le chiffre d’affaires, en deçà d’un seuil fixé par décret.
Une campagne nationale d’information sera lancée, avec les acteurs du secteur, afin « d’inciter les internautes achetant et vendant sur Internet en C to C à se lancer dans la création d’entreprise, en bénéficiant en particulier des facilités du statut d’auto entrepreneur », indique le dossier. De plus, le gouvernement souhaite rendre la déclaration de l’auto entrepreneur accessible sur des sites et des plateformes de commerce électronique agréés par les CFE (en 2009). Pour les petits e-commerçants, le plan vise à proposer des conditions générales de vente type, mises à jour et accessibles sur le site de l’APCE.

Aider les PME innovantes à se développer
Selon le rapport fourni avec le plan de développement de l’économie numérique, la France souffre d’une trop faible contribution des TIC à sa croissance et d’une faiblesse économique dans les domaines du logiciel, des services en ligne et de la fabrication d’ordinateurs. En outre, la France n’a presque aucun acteur de taille mondiale dans les industries Internet. Et aucune société hexagonale ne figure parmi les 15 premières sociétés éditrices de logiciels. Ainsi, pour être compétitive, l’économie numérique française « passe nécessairement par le couplage entre recherche et innovation d’une part, et développement des PME à fort potentiel de l’autre », explique le rapport.
Le gouvernement va donc encourager et valoriser l’entreprenariat dans les secteurs innovants de l’économie numérique. Trois mesures phares seront prises : communiquer sur le statut de la jeune entreprise innovante (avantages fiscaux et déduction de charges sociales) ; inclure dans les cursus universitaires des cours sur l’innovation et sur la propriété intellectuelle ; communiquer sur les réussites des jeunes entrepreneurs.
Le gouvernement va aussi accompagner les jeunes entreprises du secteur du numérique aux étapes clés de leur croissance (en favorisant l’acquisition de compétences liées au marketing et à la vente de technologie dès les premières années d’exercice des jeunes pousses). Il veut aussi faciliter l’accès des PME innovantes du secteur numérique aux marchés publics, ainsi que renforcer les relations entre les PME innovantes du secteur numérique et les grands comptes (en renforçant notamment le programme « passerelle » mis en place par Oséo et le comité Richelieu).

Éric Besson souhaite nommer un ambassadeur de l’économie numérique, en s’appuyant sur le réseau TIC d’Ubifrance. Cet ambassadeur devra « coordonner l’action de veille et de prospection dans le secteur des TIC » et « assurer la bonne circulation de l’information au sein du réseau, pour le plus grand profit des PME innovantes. »

Enfin, le gouvernement compte tirer un bilan de l’action de France Investissement (un fonds visant à associer les investissements publics et privés au profit des PME) en faveur des entreprises du secteur numérique, notamment du secteur du logiciel, afin d’améliorer l’accès de ces entreprises au financement du risque.