Mon compte Devenir membre Newsletters

Plus d'un Français sur deux pense que les séquestrations de patrons sont justifiées

Publié le par

Selon un sondage BVA, 55% des Français jugent les séquestrations de patrons justifiées. La CGPME a, de son côté, réagit violemment et engage les personnes concernées à déposer plainte en justice.

Selon un sondage BVA pour BPI-Les Echos-France Info publié mercredi 15 avril, les Français jugent à 55% que les actions sociales radicales de ces dernières semaines - séquestrations de patrons, blocages d'usines, etc. - sont justifiées. À l'opposé, 39% sont contre. En outre, 64% des personnes interrogées pensent que ces actions « ne doivent pas être sanctionnées par la justice », considérant que les salariés disposaient souvent de ce seul moyen pour se faire entendre. Le sondage précise également que plus d'un Français sur deux juge «mauvaise» la politique économique du gouvernement. De son côté, lors d'une réunion à l'Elysée, vendredi 10 avril, Jean-François Roubaud, président de la CGPME, a interpellé le président de la République sur « les séquestrations de patrons». Il a insisté «sur le caractère choquant d'actes contraires à la conception du dialogue social». Ainsi, dans un communiqué, le syndicat patronal a affirmé que « la loi ne saurait être à géométrie variable. Elle doit être la même pour tous.» La CGPME a recommandé à tous les entrepreneurs se « retrouvant dans cette situation » de considérer comme « nulles et non avenues les concessions extorquées par la menace». En outre, l'organisation engage les personnes concernées à déposer plainte en justice.