Mon compte Devenir membre Newsletters

Plus d'un salarié européen sur deux profite de ses déplacements professionnels pour faire du tourisme

Publié le par

Selon une enquête menée par Concur, tous les voyageurs d'affaires européens déclarent avoir eu comme directive de leur entreprise de limiter leurs frais lors de leurs déplacements professionnels.

Selon l’une des dernières enquêtes menées au niveau européen par Concur (solutions de gestion des déplacements professionnels et des notes de frais), tous les voyageurs d’affaires européens déclarent avoir eu comme directive de leur entreprise de limiter leurs frais lors de leurs déplacements professionnels. Malgré tout, ils sont plus de la moitié à profiter toujours ou occasionnellement d’une réunion prévue à l’étranger le lundi matin pour partir dès le vendredi soir (56,1%) et ainsi profiter du week-end sur place !
41,5% des voyageurs d’affaires qui se sont rendus à une réunion dans une ville étrangère se terminant en fin d’après-midi, décident toujours de reprendre leur avion directement et de rentrer. Par contre, 31,7% déclarent toujours en profiter pour rester dîner et passer la nuit sur place et 26,8%, seulement de temps en temps.
La moitié des salariés européens demande à chaque fois l’autorisation à leur hiérarchie de partir le week-end ou de rester la soirée sur place. Ils sont tout de même 30% à déclarer ne jamais demander l’autorisation.
Pour 56,1% des salariés, la crise impacte leurs déplacements professionnels. Leur hiérarchie leur demande de limiter leur frais professionnels au maximum. 43,9% déclarent que cela dépend seulement du type de dépenses. Par contre, aucun votant n’a déclaré que la crise n’impactait pas leurs déplacements et que leur entreprise ne leur avait pas donné de directive.
« En raison de l’instabilité économique, nous observons que de plus en plus de sociétés examinent avec attention les frais relatifs aux voyages d’affaires. Comparer les frais des employés avec les politiques des entreprises peut permettre d’identifier les postes de dépenses sur lesquels les directeurs des ventes ne sont pas réellement renseignés », déclare Ferréol Perez Castillo, directeur des ventes pour l’Europe de l’Ouest - Concur.