Mon compte Devenir membre Newsletters

Prime transport au point mort : la CGPME et le Medef sont ravis

Publié le par

La Commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale s'est prononcée contre l'instauration d'une prime transport obligatoire à la charge des sociétés. La CGPME et le Medef s'en félicitent.

La Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale prenant acte d’une part, de la diminution du prix du pétrole et d’autre part, de l’extrême fragilité actuelle des PME, s’est prononcée contre l’instauration d’une prime transport obligatoire à la charge des entreprises. Pour la CGPME, « cette décision marque une volonté de cohérence dans l’action publique ». Elle explique en effet dans un communiqué publié mercredi 22 octobre « qu'il était en effet paradoxal de prendre des mesures de soutien aux PME… tout en augmentant les charges pesant sur elles ». La CGPME attend maintenant que cette décision « soit confirmée lors du vote en séance ».

Le Medef, quant à lui, annonce également dans un communiqué publié le même jour qu'il soutient la volonté de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale de supprimer la prime transport, “une décision économiquement responsable”. En effet, compte tenu de la situation économique et financière mondiale, il serait, selon Le Medef, “aberrant de faire peser 200 millions d’euros de plus sur les entreprises françaises alors qu’elles subissent déjà le plus fort taux de prélèvements obligatoires en Europe”. Pour Benoît Roger-Vasselin, président de la commission Relations du travail et politiques de l’emploi du Medef, « la prime transport à la charge des entreprises est une erreur économique car elles ne peuvent pas supporter de prélèvements supplémentaires. La priorité doit être une politique économique qui permet la croissance ».