Mon compte Devenir membre Newsletters

Réforme de la prescription en matière civile

Publié le par

Un salarié qui souhaiterait contester son licenciement et réclamer le paiement de dommages et intérêts sera soumis désormais à un délai de prescription de cinq ans, contre trente auparavant.

Un salarié qui souhaiterait contester son licenciement et réclamer le paiement de dommages et intérêts sera soumis désormais à un délai de prescription de cinq ans, contre trente auparavant. C'est l'une des conséquences de l'adoption par le Parlement, le 5 juin dernier, du projet de loi réformant la prescription en matière civile (loi n° 2008 - 561 publiée au JO du 18 juin 2008). Dans sa newsletter du 3 juillet, le cabinet d’avocats d’affaires Baker & McKenzie précise que cet abaissement de trente ans à cinq ans du délai de prescription des actions en justice concerne les cas de discrimination à l’encontre d’un salarié ou d’un candidat à un emploi, à un stage ou à une formation. D'autre part, ce délai est maintenu à cinq ans pour l’action en paiement ou en répétition de salaire, et ne court qu'à compter du jour où le titulaire du droit a connu les faits qui lui permettent de l’exercer.