Mon compte Devenir membre Newsletters

30 pistes pour optimiser les aides à la création d'entreprise

Publié le par

Le rapport d'Évaluation des dispositifs publics d'aide à la création d'entreprise présente 30 propositions pour améliorer l'accompagnement des porteurs de projets et des jeunes entrepreneurs par les pouvoirs publics. En ligne de mire, la simplification et la meilleure coordination de ces aides.

"Une offre pléthorique dont le coût est difficilement mesurable", "un maquis peu lisible d’intervenants et de financeurs". Le rapport d'Évaluation des dispositifs publics d'aide à la création d'entreprise, rédigé par les députés Jean-Charles Taugourdeau et Fabrice Verdier, dresse un constat sans ambages. Les rapporteurs ont présenté le 28 février dernier trente propositions pour améliorer les dispositifs d'accompagnement publics des porteurs de projets et créateurs d'entreprise.

Parmi les pistes avancées :
- Affecter une partie des fonds de la formation professionnelle vers l’accompagnement des créateurs,
- Simplifier les aides, renforcer la formation des accompagnateurs,
- Harmoniser le régime fiscal des jeunes entreprises
- Sensibiliser les jeunes à la création d'entreprise dès l'école
- Nommer un délégué interministériel à la création d’entreprise chargé d'évaluer les dispositifs, de coordonner l'action de l'Etat, des collectivités, des opérateurs, des chambres consulaires...

Des recommandations qui font suite à la publication du rapport annuel sur l'évaluation des politiques publiques de la Cour des comptes. Publiée le 14 février 2013, l'institution avait déjà sévèrement épinglé ces dispositifs publics, jugés illisibles et mal ciblés.

La création d'entreprise en France en chiffres :

- 550 000 créations d'entreprises en 2011 (dont 258 000 hors autoentrepreneurs)
- 1entreprise sur 3 disparaît avant ses 3 ans.
- 1entreprise sur 2 avant ses 5 ans.
- À peine 4 % des entreprises pérennes à 5 ans créent des emplois.
(en cause, les rapporteurs avancent "des capitaux moindres, des créateurs insuffisamment formés ou trop peu accompagnés")
- Seuls 28% des porteurs de projets bénéficient aujourd'hui d'un accompagnement.