En ce moment En ce moment

Un chef d'entreprise méditerranéenne sur deux s'enthousiasme pour l'Union pour la Méditerranée

Publié par le

Un chef d'entreprise méditerranéenne sur deux juge le projet d'Union pour la Méditerranée (UPM) porteur d'espoir, avec un enthousiasme plus net au Maghreb que dans l'Union européenne.

  • Imprimer

Un chef d'entreprise méditerranéenne sur deux (49 %) juge le projet  d'Union pour la Méditerranée (UPM) porteur d'espoir, avec un enthousiasme plus net au Maghreb (58 %) que dans l'Union européenne (39 %). C’est le résultat du sondage réalisé par l'institut Ipsos avec KPMG et la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) à l’occasion du Salon professionnel des PME, à Marseille. L'enquête porte sur 933 chefs d'entreprise interrogés dans les six pays concernés (Algérie, Espagne, France, Italie, Maroc, Tunisie). Si l’espoir est de mise sur les rives de la Méditerranée, la France marque toutefois sa différence : 24 % des chefs d'entreprise disent se méfier du projet, contre seulement 14 % dans l'ensemble de l'Union européenne et 3 % dans les pays du Maghreb. C'est sur les répercussions économiques de l'UPM que les Français sont les plus dubitatifs. Seuls 24 % estiment que le projet sera bon pour la croissance des entreprises de leur secteur, alors que leurs homologues européens et maghrébins sont beaucoup plus optimistes (respectivement 53 % et 80 %).

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Création d'entreprise

Par Anne Sophie Panseri, présidente de Femmes Chefs d'Entreprises

On en parle beaucoup, de plus en plus... De nombreuses structures d'accompagnement, de financement, de conseil, inscrivent à leur programme [...]

Création d'entreprise

Par Amélie Moynot

Ils ont plus de cinquante ans et se sont lancés dans l'aventure start-up. Avantages, inconvénients, conseils... Trois dirigeants livrent leur [...]

Création d'entreprise
SPENDESK

Par SPENDESK via Marketme

Qu’elle en soit au niveau “seed” ou dépassant déjà les millions d’euros de chiffre d’affaires, une bonne startup pense toujours à sa scalabilité. [...]