Mon compte Devenir membre Newsletters

[Start-up] L'empire des QR Codes

Publié le par

La société QR Empire produit et commercialise des vêtements et goodies contenant un QR code. L'offre cible à la fois les entreprises et les particuliers. Les deux associés souhaitent lever 200 000 euros à la fin de l'année.

Une partie de l'équipe QR Empire. Julien Fiszman est à gauche et Abdelkrim El Azdi au centre.

Une partie de l'équipe QR Empire. Julien Fiszman est à gauche et Abdelkrim El Azdi au centre.

Exploiter les QR codes de façon fun et esthétique. C'est le pari de Julien Fiszman et Abdelkrim El Azdi, les deux jeunes dirigeants d'une vingtaine d'années à la tête de QR Empire, une société de production et de commercialisation de vêtements contenant... des QR codes. "Cette technologie est de plus en plus répandue. Mais nous trouvions qu'elle n'était pas assez bien exploitée : les QR codes sont souvent en noir et blanc et n'ont pas de réelle valeur ajoutée pour les consommateurs", estime Julien Fiszman.

L'entreprise dispose de deux pans, l'un B to C, l'autre B to B. Tout d'abord, elle crée et vend des t-shirts et sweatshirts aux particuliers via son site marchand. Ici, les internautes peuvent choisir le motif qu'ils préfèrent et y insérer un QR code renvoyant sur la page web de leur choix comme, par exemple, leur page Facebook ou les photos de leurs dernières vacances. "Nos produits sont revendicatifs. Et nos clients peuvent changer à volonté, via leur compte sur notre site, la page web vers laquelle le QR code renvoie", explique le dirigeant.

Les t-shirts valent 29 euros et les sweatshirts 45 euros. Un prix qui peut paraître élevé mais qui est dû à la méthode de production. À l'heure actuelle, chaque création est unique, car le logo et le QR code sont imprimés en même temps sur le vêtement. Il est donc impossible d'assurer une production industrielle permettant des rendements d'échelle, donc une baisse des prix.

L'un des nombreux t-shirts vendus par QR Empire

Parallèlement, QR Empire propose ses services aux entreprises. Sa cible principale : les agences de communication événementielle. "Grâce à un partenariat, nous disposons d'un catalogue de 3000 goodies pouvant contenir des QR codes, comme des briquets, des sacs ou encore des casquettes", souligne Julien Fiszman. Surtout, la start-up est capable d'adapter, grâce à ses six graphistes, le QR code aux logos et couleurs de leurs clients, pour une adaptation optimale sur le support choisi.

Exemple d'un QR Code intégré pour Michel Lafon

Cap vers une levée de fond

Aujourd'hui, le chiffre d'affaires de l'entreprise -environ 10 000 euros- provient à 80 % des ventes B to B et 20 % des ventes B to C. Mais les jeunes chefs d'entreprise veulent inverser totalement cette tendance. L'objectif : développer leur notoriété auprès des internautes. Et ils ne manquent pas de projets. Dans un premier temps, ils souhaitent nouer un partenariat avec un spécialiste de la personnification d'objets, comme Spreadshirt par exemple. "Nous avons pris des contacts avec différents pure-players. Nous espérons signer un partenariat d'ici la fin de l'été 2013", affirme le dirigeant.

En outre, QR Empire souhaite lever au moins 200 000 euros en fin d'année. Le but ? Être capable d'investir d'autres réseaux de distribution, comme les sites de ventes privées, les boutiques en dur et, pourquoi pas, la grande distribution. Pour cela, l'entreprise doit être capable de revoir son mode de production. "Nous devons trouver un prestataire pouvant réaliser une double impression. La première pour les logos, que nous pourrons ainsi réaliser en série, et la seconde pour insérer le QR code personnalisé", poursuit-il.

Enfin, la société souhaite créer une véritable communauté autour de sa marque. Les leviers évoqués : un jeu concours où les internautes pourront proposer leur propre logo et voter pour celui qu'ils préfèrent, des animations sur les réseaux sociaux et, à terme, des opérations de street marketing.

Carte d'identité

Activité : production et commercialisation de vêtements contenant des QR codes
Ville : Paris (XVIIIe)
Forme juridique : SARL
Dirigeants : Julien Fiszman, 23 ans, et Abdelkrim El Azdi, 24 ans
Date de création : juin 2012
CA 2012 : 10 k€
CA 2013 (prévisionnel) : 30 k€ minimum