Mon compte Devenir membre Newsletters

Frédéric Lefebvre ouvre un guichet en ligne pour les entreprises

Publié le par

Le secrétaire d'État chargé des PME, Frédéric Lefebvre, a lancé mercredi "Guichet entreprises", un groupement d'intérêt public pour étendre les formalités de créations d'entreprises sur Internet.

Le secrétaire d'État aux PME, Frédéric Lefebvre, a lancé le 23 février le Groupement d'intérêt public (GIP) “Guichet entreprises”. L'objectif ? Faciliter la vie des créateurs d'entreprises en leur permettant d'effectuer toutes les formalités via un site internet unique. Pour créer ce groupement, l'État s'est associé au Centre de formalités des entreprises (CFE).

Ce site doit permettre aux créateurs d'entreprises d'accéder à une information adaptée, actualisée et pertinente sur la création d'entreprises et d'identifier les pièces à produire pour chaque formalité et demande d'autorisation. Il doit aussi permettre d'effectuer le dépôt de dossier de formalités et de demande d'autorisations, dans toutes ses composantes en un point unique et de suivre l'avancement de l'instruction de leur dossier.

Améliorer l'accès au crédit pour les petites entreprises

Frédéric Lefebvre a par ailleurs invité les banques à se mobiliser pour faciliter l'accès au crédit pour les jeunes entreprises. Il demande à chaque banque de désigner un référent “création d'entreprise”, interlocuteur privilégié de l'État, pour faire remonter les avancées sur le terrain et identifier les difficultés rencontrées par les petites entreprises. Le secrétaire d'État a aussi fait part de sa volonté d'engager une concertation avec les banques « pour une meilleure connaissance des encours de crédits de faible montant ». En effet, les crédits de moins de 25 000 euros ne font actuellement pas l'objet d'une communication aux pouvoirs publics, « ce qui ne permet pas d'en suivre l'évolution ».

« Cette action est de nature à bénéficier d'informations bancaires précises », s'est félicitée l'Union professionnelle artisanale (UPA) dans un communiqué du 23 février. « L'UPA soutient d'autant plus cette initiative que, trop souvent encore, les demandes de crédits les plus modestes sont les plus difficiles à obtenir », a-t-elle poursuivi.