Mon compte Devenir membre Newsletters

Work'n meet, un peu de convivialité dans un monde virtuel

Publié le par

Work'n meet est le premier réseau social professionnel qui aide ses adhérents à générer du business à l'heure du déjeuner. Ses créatrices, Emmanuelle Semamra et Alice Chénel, proposent de passer du tout virtuel à la convivialité d'un échange autour d'un vrai repas.

Emmanuelle Semamra, à gauche, et Alice Chénel, à droite, les deux créatrices de Work'n meet.

© DR

Emmanuelle Semamra, à gauche, et Alice Chénel, à droite, les deux créatrices de Work'n meet.

Aller plus loin que le réseau social traditionnel. C'est le pari de Work'n meet qui propose de faire se rencontrer ses membres à l'heure du déjeuner. "Nous sommes parties d'un constat simple. Nous étions toutes deux commerciales et amies de longue date. Et nous nous appelions souvent à l'heure du déjeuner, assez désoeuvrées et sans rendez-vous entre midi et deux", raconte Alice Chénel. Parallèlement, les deux jeunes femmes sont persuadées de l'importance de développer un réseau professionnel de qualité. L'idée leur vient très vite d'un outil qui puisse aider les cadres à "réseauter" durant leur pause déjeuner. Elles mûrissent ensuite leur projet durant deux ans et se lancent dans l'aventure de l'entrepreneuriat en 2012. Work'n meet était né.

Son business model

Les cadres dirigeants et chefs d'entreprise désireux de rencontrer leurs pairs à déjeuner s'inscrivent sur le réseau social Work'n meet. L'accès au site et à la liste des adhérents est gratuit. Le premier déjeuner également. Pour renouveler l'expérience et devenir adhérent, il en coûte 60 euros HT par an. Cela donne accès à un agenda intelligent où la personne renseigne ses disponibilités à déjeuner et sa localisation.

Le site repère ensuite qui pourrait se rencontrer et propose un repas à partir de trois participants. Pour plus de convivialité, les repas sont limités à huit places. L'adhérent peut aussi visualiser tous les repas prévus et se greffer sur celui qui l'intéresse, s'il reste des disponibilités.

Work'n meet se rémunère uniquement sur les adhésions et vise 10 000 membres d'ici un an. "Notre business model n'est pas pour autant figé. Il pourrait évoluer vers de la publicité sur le site ou via une participation des restaurateurs", explique Emmanuelle Semamra. Les deux jeunes femmes cherchent aussi à lever des fonds pour financer leur développement.

Work'n meet aujourd'hui

Le site est ouvert depuis le 21 mars 2013 et compte déjà 700 adhérents. "Il s'agit surtout de chefs d'entreprises qui utilisent notre solution comme un véritable club d'affaires pour échanger et nouer de nouveaux contacts," précise Emmanuelle Semamra. Ils ne se réunissent pour l'instant qu'en Alsace et à Paris. D'autres régions suivront. Un concours est organisé pour que les personnes intéressées par la mise en place des déjeuners Work'n meet dans leur région se fassent connaître, sur la page Facebook de l'entreprise et bientôt directement en ligne.

Ses projets

Work'n meet sera bientôt accessible avec des applications dédiées pour iPhone, puis Androïd. Les deux chefs d'entreprise réfléchissent également à la mise en place de repas à thème. "Les dirigeants sont en effet souvent concernés par les mêmes problématiques, comme le crédit d'impôt recherche par exemple. Leur proposer des déjeuners thématiques leur permettrait d'échanger et de s'interroger ensemble. Mais le but n'est pas d'organiser une mini-conférence. Les repas doivent avant tout rester conviviaux", complète Alice Chénel. Les deux working girls l'ont bien compris: c'est finalement la convivialité l'ingrédient indispensable d'un repas d'affaires efficace.

La vidéo de présentation du concept :


Carte d'identité

Activité : Réseau social professionnel avec prestation de service

Ville : Strasbourg (Bas-Rhin)

Forme juridique : SARL

Dirigeantes : Emmanuelle Semamra, 26 ans, et Alice Chénel, 26 ans

Date de création: Novembre 2012

CA 2013 prévisionnel : NC