Mon compte Devenir membre Newsletters

#patronsmilitants : le nouveau hashtag des chefs d'entreprise en colère

Publié le par

Après les #pigeons, les #moineaux, les #poussins ou encore les #tondus, un nouveau hashtag anime la twittosphère patronale depuis quelques jours, celui des #patronsmilitants. À l'origine de ce nouveau mouvement, le Medef et la CGPME qui espèrent ainsi rétablir l'unité de la fronde patronale.

Vous avez certainement suivi les rebondissements du mouvement des Pigeons, peut-être même celui des Moineaux, des Poussins, des Dupés ou encore des Tondus, largement portés par les réseaux sociaux. Depuis quelques jours, un nouveau hashtag a fait son apparition sur la twittosphère patronale : celui des #patronsmilitants.

Lancé officiellement le 8 octobre 2013 à Lyon, devant un parterre de 2 000 dirigeants d'entreprise, ce nouveau mouvement dénonce la politique du Président de la République tout en poussant "un cri d'alarme" sur la situation économique française.

Parler d'une seule voix

Derrière l'initiative, on retrouve non pas un mouvement d'entrepreneurs anonymes, mais deux organisations patronales bien établies : le Medef et la CGPME. Un "front commun" rare, défendu par leurs présidents respectifs, Pierre Gattaz et Jean-François Roubaud, qui n'avait pas eu lieu depuis la loi sur les 35 h, portée par Martine Aubry.

L'objectif est clair : rétablir l'unité d'une fronde patronale morcelée et divisée, qui échappe de plus en plus au giron des instances patronales représentatives depuis quelques temps.

Pour mobiliser les troupes, le Medef et la CGPME s'activent ainsi depuis deux semaines sur la Toile et en particulier sur Twitter.

Sur la Twittosphère, on retrouve certes quelques réactions positives comme celle de ce dirigeant :

Ou celle de l'ancienne ministre et députée européenne Nora Berra :

Force est tout de même de constater que le nouveau hashtag #patronsmilitants ne déchaîne pas les foules. Le mouvement sera-t-il aussi mobilisateur que celui des Pigeons, qui avait, pour mémoire, attiré en seulement 24 heures, 5000 abonnés sur Twitter et remporté 23 000 mentions "J'aime" sur Facebook ? Il ne semble en tout cas pas avoir convaincu Les Dupés, un autre mouvement d'entrepreneurs en colère :

Gazouillis à suivre !