Mon compte Devenir membre Newsletters

Défaillances d'entreprises : le pire est derrière nous

Publié le par

Le léger recul des défaillances d'entreprises observé fin 2009 (-0,2%) se confirme (-0,5%) sur le premier trimestre 2010, selon une étude d'Altares publiée le 13 avril.

Après 12 trimestres consécutifs de hausse des défaillances d’entreprises, les premiers signes d’une détente étaient perceptibles fin 2009. Les procédures collectives amorçaient alors un léger, mais encourageant recul. Cette tendance se confirme en ce début d’année 2010 ouvrant la voie à de meilleures perspectives, indique l'étude Altares publiée mardi 13 avril.

Le retournement est d’autant plus sensible qu’il est observé dans de nombreuses régions françaises. Autre signal prometteur, la baisse des défaillances de sociétés de plus de 50 salariés.

Depuis le début de l’année, 16 052 jugements ont été prononcés au titre d’une ouverture de redressement judiciaire ou d’une liquidation judiciaire directe et 280 au titre d’une sauvegarde.

Les PME repassent au vert mais la fin mars a été compliquée

Reflétant la démographie des entreprises françaises, les micro-entreprises sont les plus représentées dans la population des défaillances. 93% des entreprises jugées emploient moins de 10 salariés. Ces 15 000 micro-entreprises tentent de résister mais elles sont encore 1% de plus par rapport au premier trimestre 2009 à avoir connu la défaillance en ce début d’année 2010. Les SARL pèsent sur cette tendance. Plus de 11 000 SARL ont défailli, c’est 4% de plus qu’un an plus tôt. Les défaillances d’entrepreneurs individuels reculent de 9 %.

Les PME de 10 salariés et plus s’inscrivent dans une tendance clairement plus favorable (-16% de défaillances). L’essentiel d’entre elles se concentre sur la tranche 10 à 49 salariés. Au-delà de 50 salariés, l’amélioration est plus rapide (- 41 %). Néanmoins, pour ces grandes PME, la toute fin du mois de mars a été très difficile. Le tiers des sociétés de plus de 50 salariés ayant déposé le bilan en mars l’a fait sur les seuls deux derniers jours du mois, les 30 et 31 mars.

Davantage de solutions de redressement pour les PME

69,3% des jugements d’ouverture prononcés par les tribunaux sur le premier trimestre 2010 étaient des liquidations judiciaires directes. Ce taux, stable (69,4%) par rapport au premier trimestre 2009, est influencé par la forte représentation des micro-entreprises pour lesquelles la liquidation judiciaire directe est prononcée dans 71,3% des dossiers. Ces entreprises se présentent généralement trop tardivement devant le tribunal.

Ces pourcentages quasi structurels masquent une réalité plus encourageante. En effet, les PME de plus de 10 salariés obtiennent majoritairement l’ouverture d’un redressement judiciaire. Mieux encore, la proportion de redressements judiciaires tend à augmenter. Ainsi, sur les trois premiers mois 2010, 58,2% des PME ont bénéficié d’un redressement judiciaire. Ce taux a progressé de plus de 4% par rapport au premier trimestre 2009 (53,7%).